Actualité
Saga ''C'était 14-18'' : « À nos morts », ces monuments anonymes
Actualité - Publié le jeudi 8 novembre 2018 - Temps de lecture : 2 min

Auteur :
Par Florent de Brito

Il y a 100 ans, le 11 novembre 1918, s'arrêtait l'un des conflits les plus meurtriers que l'humanité est connue. Toute cette semaine, Radio Mélodie revient sur cette guerre qui a évidemment marqué notre territoire. Joël Beck, président de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Lorraine et Philippe Wilmouth, président de l’Association pour la conservation de la mémoire en Moselle en 1939-1945 (Ascomémo) nous ont conté 5 petites histoires. Derrière ces petites histoires un éclairage sur la grande Histoire. Celle qu'a vécu ces hommes et ces femmes, de France, d'Allemagne ou d'ailleurs.

Durant les années après l'armistice, un nombre impressionnant de monuments aux morts sont batis en France. Mais un problème se pose en Alsace et en Lorraine : la grande majorité des Lorrains et des Alsaciens ont servi sous l'uniforme allemand. Quoi écrire sur ces monuments ? Sont-ils mort pour la patrie ? Les autorités françaises vont plutôt choisir l'anonymat lorsqu'ils feront des monuments par chez nous comme nous le raconte Philippe Wilmouth :

0:00
0:00

 


#actualité #1914 #1918 #premièreguerremondiale #beck #wilmouth #centenaire #08novembre2018

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.