Actualité


Victimes de harcèlement scolaire, elles sont devenues porte-parole

Victimes de harcèlement scolaire, elles sont devenues porte-parole

Photo : Camille Bazin

Mélina, Iléna et Zina sont lycéennes à Forbach et ambassadrices de la lutte contre le harcèlement scolaire.

Ce jeudi 7 novembre, journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire, elles étaient en mission au collège Claudie Haigneré de Freyming-Merlebach pour sensibiliser les élèves de sixième au harcèlement scolaire.

Insultes, violence, rumeurs, voilà à quoi pense les élèves de Anne Plouzané, professeure de français au collège Blaise Pascal quand on leur parle de harcèlement scolaire, un phénomène qui n’est pas rare dans cet établissement, « des moqueries, des insultes, des bousculades, on choisit un élève sur lequel on va s’acharner ». S’il est difficile pour les enseignants de lutter contre ce harcèlement c’est encore plus compliqué quand ils n’ont pas le soutient de la famille « certaines familles ont des défaillances éducatives et on le ressent chez nos élèves qui ont tendance à reproduire ce qu’ils entendent à la maison ».

 

Pour sensibiliser les élèves aux conséquences du harcèlement Mélina, Iléna et Zina élèves au lycée Blaise Pascal à Forbach ont fait le déplacement. Iléna, tout comme Zina, a été victimes de harcèlement alors qu’elle était au collège « j’ai fait l’erreur de pas en parler, je ne veux pas qu’ils reproduisent les mêmes erreurs que moi ».

 

Après avoir noté tous les mots qui, selon les élèves, ont un lien avec le harcèlement scolaire, les ambassadrices ont diffusé un film aux élèves qui montre le quotidien d’un élève harcelé, « je trouve que ça reflète bien ce qui se passe dans la réalité » lance un jeune garçon au fond de la classe.

Si les interventions des élèves sont restées assez discrètes, les ambassadrices espèrent avoir réussi à faire passer le message. Pour Anne Plouzané, la professeure, ces journées devraient avoir lieu plus souvent, elle aimerait même que les élèves soient acteurs en organisant pourquoi pas des conférences ou en tournant des petits films.

Camille Bazin

| jeudi 7 novembre 2019 à 14:48 - Mise à jour à 15:24

Actualité

Ernestviller : le détecteur de fumée sauve une famille

13/11/2019

Actualité

Sandrine, en route vers le Top de Colmar

12/11/2019

Actualité

Strasbourg : un séisme de magnitude 3,3 mesuré

12/11/2019

Actualité

Nicole Beckerich serait ''très fière d'être la première femme maire de Sarreguemines''

12/11/2019

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.