Actualité
Moneim Rahma : une vie de souffrance racontée aux lycéens
Actualité - Publié le mercredi 14 décembre 2016 - Temps de lecture : min

Photo : Julie Chaput

La liberté d’expression et de la presse est devenue un sujet de conversation presque omniprésent depuis les attentats contre Charlie Hebdo en janvier 2015.

Ca en devient un sujet récurrent aussi dans les programmes scolaires. Comme au lycée Henri Nominé de Sarreguemines.

Dans le cadre d’un projet sur la liberté de la presse, 90 élèves ont pu rencontrer Moneim Rahma, un journaliste exilé. (Le lycée est d’ailleurs le seul de l’académie à avoir été sélectionné pour recevoir un journaliste exilé).

Ce soudanais d’une cinquantaine d’années est arrivé en France il y a presque deux ans après des années de souffrances.

0:00
0:00

Tout ça parce qu’il écrivait contre le gouvernement soudanais qui était sous le régime répressif des fondamentalistes islamistes.

0:00
0:00

Moneim Rahma dénonce le totalitarisme. Il prône l’humanité et la démocratie. Et c’est ce qu’il est venu dire aux lycéens.

0:00
0:00

Aujourd’hui Moneim Rahma ne regrette absolument pas  de s’être exprimé au Soudan et d’avoir mis sa vie en danger.

0:00
0:00

Moneim Rahma vit aujourd’hui en France, à la Maison des journalistes. Il continue d’écrire, tous les jours, et surtout il continue de faire partager son histoire.


#actualité #journalisme #exilé #soudan #lycée #henrinominé #sarreguemines #liberté #expression #presse #démocratie #14décembre2016 #moneimrahma

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.