Les Podcasts de la Mélodie Family
Notre petit patrimoine : La Saint-Martin

Notre petit patrimoine : La Saint-Martin

Les Podcasts de la Mélodie Family - jeudi 8 novembre 2018

0:00
0:00

La Saint Martin est célèbrée le 11 novembre en souvenir de Saint-Martin. La date correspond à la mise au tombeau de Saint-Martin le 11 novembre 397.

Mais depuis l'armistice cette fête est complètement occultée en France en général et chez nous en particulier.

Le carême de Noël

Lorsque la chrétienté était sous influence de l'Empire d'Allemagne, le jour de la Saint-Martin ouvrait la période de carême qui commençait le 11 novembre et qui s’étendait sur deux semaines. Un peu comme carnaval, il était question de fête avant le jeûne. Encore aujourd’hui, la nouvelle « session » du carnaval rhénan est initiée le 11 novembre. D'ailleurs, le jour de la Saint-Martin était également, le jour de la dîme. Dans le temps, on payait les impôts en nature, incluant les oies, puisque l’hiver approchait et que l’entretien des animaux durant cette période n’était possible qu’à condition que leur nombre reste restreint. C’était aussi la date à laquelle commençaient ou terminaient les contrats de travail et à laquelle les fermages, les rétributions et les intérêts étaient échus. Aujourd’hui encore, le jour de la Saint-Martin sert de date de début ou de fin des baux, dans la mesure où ce jour correspond au début et à la fin de la période d’exploitation naturelle. C’est la raison pour laquelle le jour de la Saint-Martin était aussi appelé le jour de payement des intérêts.

source : wikipedia

 

La dégustation de l’oie de la Saint-Martin

Le 11/11 était le dernier jour avant Noël ou le gras était autorisé d'où la tradition de la "Martin's Ganz"! On raconte que cette tradition trouve son origine dans une légende sur la vie de Martin : en dépit des réserves émises par le clergé et de sa propre volonté, le peuple de Tours réclamait qu’il soit nommé évêque. Comme il menait une vie ascétique et modeste, il se considérait indigne d’un tel honneur et se serait donc caché parmi les oies. Néanmoins, les oies firent un tel vacarme que Martin fut découvert et nommé évêque. Une autre légende rapporte que les habitants de Tours eurent recours à une ruse : un fermier se serait rendu auprès de Martin dans sa cachette et lui aurait demandé de rendre visite à sa femme malade. La serviabilité de Martin l’aurait inévitablement poussé à prendre ses affaires et à accompagner le fermier chez lui. Sans doute était-il assez sale en sortant de sa cachette dans laquelle il avait probablement passé un certain temps. Selon une autre légende, un troupeau d’oies bruyantes se serait introduit dans l’église et aurait interrompu la prédication de l’évêque Martin. Elles auraient été capturées et servi de festin par la suite.

source : wikipedia

 

Autres coutumes de la Saint-Martin 

  • La retraite aux flambeaux de la Saint-Martin dans de nombreuses régions d'Allemagne, d'Autriche et de Suisse (les enfants sillonnent les rues avec des lanternes et son accompagnés d’un cavalier sur un cheval blanc, déguisé en soldat romain et vêtu d’un manteau rouge, qui joue le rôle de Saint Martin.

Procession de la Saint-Martin - Bundesarchiv Bild 194-0448-38, Urdenbach, Sankt Martinszug

 

  • La célébration souvent conclut par un grand feu de la Saint-Martin.
  • Le Stutenkerl est une pâtisserie en forme de bonhomme, faite de pâte levée et de raisins secs. En Allemagne du sud, on mange des oies de la Saint-Martin en pâte levée ou en pâte de sablés, mais aussi des croissants de Saint Martin et des bretzels. Dans certaines localités situées dans la région de la Ruhr et le Sauerland et dans d’autres régions d’Allemagne, on donne aux enfants un bretzel de Saint-Martin, confectionnée avec une pâte levée sucrée et parsemée de cristaux de sucre.

  • Les chants de la Saint-Martin (Martinssingen) : juste après la procession bien souvent. Les enfants qui vont de maison en maison avec leurs lanternes, chantent des chansons en échange de sucreries, pâtisseries, fruits ou autres. En Rhénanie, on parle de Kötten, Schnörzen, Dotzen ou Gribschen. 
 

Cette chronique vous est proposée par Antoine Lacroix, expert en patrimoine de nos régions d'Alsace Bossue et de Moselle Est

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.