Les Podcasts de la Mélodie Family
Notre patrimoine : le plus vieux puits de mines de Lorraine

Notre patrimoine : le plus vieux puits de mines de Lorraine

Les Podcasts de la Mélodie Family - lundi 3 décembre 2018

0:00
0:00

Schoeneck, berceau du Bassin Houiller lorrain (annexe rattachée à Forbach en 1822). 

L'histoire du plus vieux puits de mines de Lorraine qui fête son bicentenaire

Au lendemain de Waterloo, des pionniers de la compagnie des mines de houille de Schoenecken, qui au lieu dit "Schachtenberg, près de l'actuel centre socioculturel de Schoeneck (rue du puits) sondent en lisière de cette nouvelle frontière. En 1817, la houille est trouvée à une profondeur de 202 pieds. 

photo livre "retrouvailles inespérées Schoeneck" de Raymond Engelbreit

de vrais pionniers 

Dès 1816, les premiers sondages sont effectués par Mr Gangloff, ancien inspecteur impérial des mines et Mr Théodore Gargan, ingénieur royale, qui dira plus tard de ce puits qu'il est un modèle de parfaite exécution. 

photo livre "retrouvailles inespérées Schoeneck" de Raymond Engelbreit

Fonçage du puits de Schoeneck, le 22 septembre 1818, il y a deux cents ans...

Le premier puits de Lorraine, de forme octogonale, maçonné en moellons de grès. Chevalement maçonné en 1819, profondeur 143,52m.

En 1832 surviennent des problèmes d'eau majeurs. L'exploitation est arrêtée en novembre 1835. Le puits est noyé en 1836.

En 1840, la société est dissoute après avoir englouti un million de francs, définitivement abandonnée en 1841. 

Ce fut le 1er des 58 puits de Lorraine qui a été fonçé dans le Bassin Houiller de Lorraine sur une période de 169 années (1818 à 1987 la Houve Ouest).

 

C'est en 2005, que le premier puits de charbon de Lorraine est remis à jour et mis en sécurité !

 Le 3 septembre 1824, c'est François de Wendel qui a acquis tous les bois dépendants de l'ancien comté de Forbach (1250 hectares dans la forêt du Warndt) sans savoir que sous cette forêt gisait le futur du bassin houiller lorrain.

 

par la suite : les puits Sainte-Marthe et Saint-Charles...

En 1849, on construit le puits Sainte-Marthe, à Styring, initalement destiné à l'extraction de la houille, puis a finalement servi de réservoir d'eau jusque dans les années 1950.

Puits Sainte-Marthe

En mars 1854, premier coup de pic à Petite-Rosselle, le puits Charles 1 et la découverte de la veine miraculeuse "la veine désirée", le 24 juin 1856. 

En novembre 1855, fonçage du puits Max (ou Maximilien) à Carling, par la compagnie houillère de Moselle, mise en exploitation en 1860 (abandon en 1875). Suivirent les années glorieuses.

 

 

Puits Saint-Charles 1

 

Cette chronique vous est proposée par Frédéric Ghia, guide animateur du patrimoine

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.