PUBLICITÉ

Suivez-nous

Bouton Facebook Bouton Twitter Bouton Indés Radio Bouton Application mobile

15 mars Journée Nationale de l’Audition

15 mars Journée Nationale de l’Audition

Le 16/03/2017

Chronique du 16 mars 2017

15 mars Journée Nationale de l’Audition

 

Hier 15 mars, était  pour la 20ème année consécutive la journée de l’audition. Cette journée a pour but de sensibiliser le public sur l’impact des effets sonores et de leur accumulation sur la santé. L’omniprésence sonore, notamment chez le jeunes pourrait expliquer le développement précoce des déficiences auditives, les acouphènes, une hyperacousie qui se manifeste par une intolérance aux bruits même les plus banals, et ceci  dans toutes les tranches d’âge de la population et plus seulement chez les personne âgées comme ce fut longtemps le cas. Une seule exposition à  un bruit intense peut suffire à  dérègler l’ouïe de façon  irréversible.

Notre ouïe repose sur des mécanismes fragiles dont les dommages peuvent être irréversibles sous l’effet d’une exposition sonore importante ou répétitive. C’est le cas par exemple chez des ouvriers soumis à des machines fort bruyantes, qui ne respectent pas les gestes de sécurité consistant au port de bouchons d’oreilles adaptés. Le cas également de salles  de concert, les boîtes de nuit, notamment à proximité des baffles. Autre risque et non des moindres, les baladeurs et musique écoutée via le téléphone portable que les jeunes mettent à fond.

Différentes  études menées en France  montrent qu’environ cinq millions de personnes sont malentendantes, dont deux millions chez les moins de 55 ans. Les jeunes sont de plus en plus exposés aux risques auditifs, puisqu’environ 10% des moins de 25 ans présentent une perte auditive pathologique. Les expositions sonores représentent une des causes majeures de déficit auditif chez ces jeunes.

De nouvelles causes de perte auditive viennent d’être portées à  notre connaissance.

En effet, récemment une vaste étude menée par des  chercheurs de l’université de Pennsylvanie aux Etats Unis démontre à partir de données recueillies chez plus de 300 000 patients âgés de 21 à 90 ans, qu’une carence en fer était associée à un risque accru de perte auditive (1,6% des participants à l’étude). Et ces chiffres doublaient encore chez ceux qui étaient sérieusement anémiés. Autrement dit, une simple carence en fer pourrait altérer notre perception des sons sans que l’on sache pour le moment si cela est réversible ou non. Prévention : mettez régulièrement sur votre table des aliments riches en fer : une fois par semaine, une viande rouge, du foie ou du boudin. Mais aussi très régulièrement des légumes secs : lentilles, pois chiches, haricots secs, pois cassés… Du thon, des huitres, des moules, du chocolat noir, du quinoa, des orties en saison, certaines herbes et épices telles le persil, le thym, le cumin, la coriandre, le gingembre, le curry.

Certains médicaments pris sur le long terme ont été mis en cause lors de cette étude. Ce sont l’ibuprofène, un anti inflammatoire et anti douleur couramment utilisé et le paracétamol (voir notre chronique du 9 février dernier). Il semblerait que ces deux molécules soient impliquées dans la perte auditive de 10% des personnes consommant paracétamol ou ibuprofène de façon régulière depuis plus de 6 ans. L’explication envisagée est que ces deux molécules affectent les cellules auditives ou bloquent la circulation de l’oxygène sanguin à proximité des oreilles.

 

Pour vous accompagner dans votre démarche de santé, Christiane Barbiche, éducatrice de santé, praticien naturopathe,  vous reçoit en cabinet. Consultations sur  Rendez-vous  au 06 36 00 92 81.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

COMMENTAIRES // 15 mars Journée Nationale de l’Audition

En savoir plus

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse, de pertinence et de publicité.