Santé

1300 capteurs d'air déployés dans les lycées du Grand-Est


par Margot Benabbas
mercredi 26 janvier 2022 à 08:58

Photo : Shutter Stock

La Région Grand-Est va déployer dès le mois prochain des capteurs d’air dans les lycées du Grand Est. La qualité de l’air intérieur dans les bâtiments des lycées pourra être mesurée.

Son N°1 - 1300 capteurs d'air déployés dans les lycées du Grand-Est

Christèle Willer, vice-présidente à la région Grand-Est, en charge des Lycées Durables et de l’Éducation

Pourquoi cet investissement ? A quoi servent ces capteurs ?

Face aux incertitudes liées à l’évolution de l’épidémie, la région Grand-Est a affecté dès septembre une somme en prévision pour pouvoir se doter de ces capteurs pour mesurer la qualité de l’air intérieur des lycées. Cette enveloppe est dorénavant mobilisée pour une stratégie qui ne se limite pas aux enjeux de la crise sanitaire. Nous avons voulu une approche plus qualitative et ces équipements vont se faire en 2 temps. Nous allons avoir, dans un premier temps, dès mi-février, des capteurs semi-connectés mobiles. Ce sont des capteurs qui utilisent une technologie exclusive qui vérifie non seulement le niveau de CO2, mais qui tient aussi compte des niveaux d’activité humaine dans un espace intérieur avec des variables tel que la moyenne d’une pièce, le nombre de personnes présentes et la fréquence de respiration et la durée. Ces capteurs vont vraiment servir au niveau de la pédagogie pour les enseignants et dans un deuxième temps, ils seront complétés par un appel d’offres dédié à des capteurs dits intelligents.

"semi-connectés" et "intelligents", quelle différence ? 

Semi-connectés, ils seront mobiles et on pourra avoir la variation par rapport à la quantité de personnes dans une salle. Alors que les capteurs dits « intelligents » vont permettre un relevé d’un plus grand nombre de paramètres d’ambiance des locaux et le choix s’est porté sur des relevés qui prennent principalement les polluants potentiels dont les composés organiques volatiles, ces sont des composants chimiques, et cela va permettre à l’ensemble de la communauté éducative de prévoir des actions à proposer selon ces mesures. Ces capteurs connectés dits « intelligents » vont permettre non seulement une consultation, mais une gestion aussi à distance ainsi qu’une exploitation régulière et nous allons ainsi, ensemble, pouvoir apprendre comment on va les faire fonctionner et regarder la pédagogie au niveau des établissements.

Combien y aura-t-il de capteurs ? Quand arriveront-ils ?

1300 capteurs mobiles doivent arriver mi-février. Ils seront livrés dans l’ensemble des lycées. Pour la deuxième partie, ça dépendra de l’appel d’offres. On sera dans une enveloppe budgétaire de 1,4 millions d’euros.

Ils seront déployés dans tous les lycées ? 

Les 1300 capteurs mobiles seront livrés sur l’ensemble du territoire, ce sont des lycées situés sur les 12 Maisons de Région puisque nous fonctionnons avec les Maisons de Région et cela fera 2 à 10 capteurs par lycée. Puisqu’ils sont mobiles ils pourront circuler dans les différentes classes.

Ils serviront encore après la crise sanitaire c'est ça ? 

Tout à fait, on est vraiment là dans un déploiement pour avoir une opération très efficace, une information détaillée et bien sûr, on va être dans le bien-être des lycéens, dans la qualité de l’air, mais également pour les professeurs et nos agents.