High-tech

Guerre en Ukraine : les acteurs de la Tech se mobilisent


par Mathieu Improvisato
vendredi 4 mars 2022 à 18:35

Apple et Microsoft stoppent leurs ventes en Russie

Site russe d’Apple sur lequel on peut lire le message “Магазин Apple Store в данный момент закрыт.” (Boutique Apple Store actuellement fermée)

Apple est la première à avoir bloqué les ventes de ses produits en Russie, après la chute du rouble sur le marché financier mondial. Depuis mardi, il n’est plus possible pour les russes d’acheter les produits de la marque, son site Internet indique la “Boutique Apple Store actuellement fermée”. De plus, la marque à la pomme a limité l’utilisation d’Apple Pay.

La firme de Seatle a également annoncé ce 4 mars la suspension des ventes de ses nouveaux produits et services en Russie.

 

Article extrait du blog "Matoo le geek 👾" >

 

“Amazon aux côtés du peuple ukrainien”

Amazon utilise sa capacité logistique pour assurer le suivi des fournitures à ceux qui en ont besoin et son expertise en cybersécurité pour aider les gouvernements et les entreprises dans le cadre de son soutien à l’Ukraine, a déclaré mercredi le directeur général Andy Jassy sur Twitter.

Amazon est aux côtés du peuple ukrainien et continuera à l’aider“, a déclaré Jassy, ​​à la suite de l’invasion russe, que Moscou a plutôt qualifiée d'”opération spéciale”. Plus tôt cette semaine, Amazon s’est engagé à donner jusqu’à 10 millions de dollars (9 millions d’euros) pour les efforts humanitaires en Ukraine.

 

Netflix refuse désormais de se soumettre à une loi russe, quitte à être banni

Netflix a réagi à la crise en Ukraine en retirant son engagement d’ajouter 20 chaînes soutenues par l’État au service de streaming. Parmi une série de nouvelles obligations, Netflix, qui a été ajouté à un registre des services audiovisuels en Russie en décembre dernier, devait se conformer à une loi qui oblige les services de streaming avec plus de 100 000 utilisateurs quotidiens à diffuser 20 chaînes de télévision fédérales russes, ce qui est supervisé par le régulateur des communications du pays, Roskomnadzor. Un porte-parole de Netflix a déclaré : “Compte tenu de la situation actuelle, nous n’avons pas l’intention d’ajouter ces chaînes à notre service”. La société risque d’être bannie de la Russie dans les heures ou jours qui viennent.

De plus, le service de streaming suspend également la production de ses séries. Il avait quatre "originals" en préparation en Russie, dont une série thriller-policier réalisée par Dasha Zhuk, dont le tournage a déjà commencé et qui et a été mis en attente. La série des années 1990 était la deuxième série originale de Netflix tournée en Russie, après “Anna K” qui s’est terminée l’année dernière.

MISE A JOUR DU 07/03 : Netflix a coupé son service en Russie.

 

Les réseaux sociaux s’engagent également

En plus de tous ces services en ligne et ces sociétés de production audiovisuelle qui se retirent au fur et à mesure, ce sont d’autres sociétés en ligne qui limitent les contenus russes et pour certains stoppent leurs services de publicité sur leurs plateformes.

Le géant américain Meta – qui inclue Facebook, Instagram et WhatsApp – et la plateforme vidéo chinoise TikTok ont ​​​​annoncé qu’ils bloqueraient l’accès aux médias affiliés à l’État russe Russia Today (RT) et Sputnik dans toute l’Union européenne. Cette décision est intervenue sous la pression des autorités européennes, des politiciens américains et des employés de certaines des entreprises elles-mêmes, qui se préparent aux représailles russes contre ce que Moscou considère comme de la censure.

Google a bloqué les applications smartphone des médias RT et Sputnik de son Play Store, les a retiré de Google News dans toute l’Europe. Comme Apple, la société a désactivé certaines fonctionnalités de trafic en direct et d’incidents de Google Maps en Ukraine, “pour aider à protéger la sécurité des communautés locales et de leurs citoyens”.

Le géant de la technologie a également interdit la monétisation sur tous ses services pour les structures affiliées à l’État russe, et a déclaré qu’il bloquait les publicités liées à la crise “qui cherchent à profiter de la situation”. Sur YouTube, la société a déclaré avoir éliminé des centaines de chaînes et des milliers de vidéos qui enfreignent ses conditions générales d’utilisation. 

Twitter a également temporairement suspendu les publicités en Ukraine et en Russie, et étiquètera les tweets qui partagent des liens vers des structures affiliées à l’État russe. La société a déclaré qu’elle examinait de manière proactive les tweets pour détecter toute tentative de manipulation et prendre des mesures contre les faux contenus multimédias.

La maison-mère de Snapchat, Snap, a cessé toute diffusion de publicité en Russie, en Biélorussie et en Ukraine, et déclare qu’elle n’accepte plus les revenus des entités publiques russes. La société a également promis 15 millions de dollars d’aide humanitaire à l’Ukraine. “Nous sommes solidaires des membres de notre équipe ukrainienne et du peuple ukrainien qui se bat pour sa vie et sa liberté”, a-t-elle déclaré dans un communiqué.

 

Les studios de cinéma américains suivent le mouvement

Lundi, The Walt Disney Company a annoncé qu’elle suspendrait également toutes les sorties en salles en Russie , y compris “Alerte rouge” de Pixar, dont la première dans le pays était prévue le 10 mars prochain. Quelques heures après l’annonce, Warner Bros. a interrompu la sortie de “The Batman” en Russie. 

 

Et ça continue…

D’autres sociétés ont emboité le pas. En vrac, notons :

  • Spotify : Le géant du streaming audio a fermé son bureau russe indéfiniment et supprimé tout le contenu des médias publics russes RT et Sputnik
  • Nokia : la société finlandaise a annoncé mardi qu’il arrêterait les livraisons à la Russie pour se conformer aux sanctions imposées au pays. Nokia fournit habituellement MTS, Vimpelcom, Megafon et Tele2 en Russie.
  • Airbnb : Le site de location de logement a suspendu toutes ses opérations en Russie et en Biélorussie, et a également empêché ses utilisateurs des deux pays de faire des réservations.
  • Intel : “Intel condamne l’invasion de l’Ukraine par la Russie et nous avons suspendu toutes les livraisons aux clients en Russie et en Biélorussie“, a déclaré le fabricant de puces dans un communiqué.
  • AMD : Jeudi matin, AMD a annoncé qu’il arrêtait toutes les expéditions de puces.

 

Nul doute que d’autres sociétés tech vont monter au créneau… A suivre !