Actualité


''On nous a oubliés'' à Sarreguemines, le CHS aussi affronte le coronavirus

''On nous a oubliés'' à Sarreguemines, le CHS aussi affronte le coronavirus

Photo : Page Facebook du CHS de Sarreguemines

A Sarreguemines, le Centre Hospitalier Spécialisé, tout comme l'hôpital Robert Pax, doit faire face à la crise du coronavirus. Entre les deux établissements, la gestion n'a évidemment rien à voir puisque le CHS n'accueille pas du tout le même public. Le Dr Matei, psychiatre et présidente de la CME (commission médicale d'établissement) du CHS explique : "Nos patients ne peuvent pas être confinés dans les chambres. Ils doivent faire des activités de groupe et manger dans un réfectoire"

Fermeture des hôpitaux de jour 

Le premier patient a été testé positif au COVID-19 le 13 mars dernier au CHS. Suite à ça, les hôpitaux de jour ont fermé leur porte. Les CMP (centres médico-psychologiques), eux, n'ont pas pu totalement arrêter leur activité. Il y a notamment des appels qui sont réalisés par les professionnels de santé pour garder contact avec les patients. 

Des unités COVID au CHS 

Aujourd’hui, plusieurs unités COVID ont été ouvertes au sein de l'établissement. Le Dr. Matei détaille : "Il y a l’Equinoxe et les Mimosas qui peuvent accueillir 12 patients chacune." L'Equinoxe est composé de 12 lits de soins en continu. A l'heure actuelle, 10 lits sont occupés. Il y a eu 1 décès et 2 guérisons dans cette unité. Au sein des Mimosas, il n'y a pas eu de décès et 4 guérisons. "Il y a aussi 15 lits de soins de suite post-Covid qui va être ouvert prochainement" ajoute la présidente de la CME. 

Enfin, 12 lits ont été ouverts au sein de l'Unité pour Malades Difficiles. Il y a eu un seul cas pour le moment dans l'UMD

''On est les oubliés'' 

Le Dr. Matei a un regret : "Le ministre de la santé a oublié la psychiatrie". Heureusement, aujourd'hui le CHS de Sarreguemines s'en sort bien et a pu mettre beaucoup de choses en place. Mais selon la psychiatre c'est parce que l'établissement fait partie des hôpitaux de Sarreguemines. Le personnel a donc pu bénéficier du matériel et des compétences de l'hôpital Robert Pax. Ce sont d'ailleurs des médecins de l'hôpital qui ont permis l'ouverture de toutes les unités COVID et la prise en charge des patients. 

D'après elle : "Les problèmes en psychiatrie viendront une fois que la crise du coronavirus sera finie". 

Le personnel mobilisé 

Au CHS aussi, le personnel se bat tous les jours face au coronavirus. Une quinzaine de soignants ont d'ailleurs décider d'aller prêter main forte à l'hôpital Robert Pax, sur la base du volontariat. En première ligne face au COVID-19, 57 membres du personnel ont été testés positifs à la maladie (sur environ 1200 agents). 5 médecins ont été touchés. L'un d'entre eux a été hospitalisé, 3 sont à la maison et 1 a pu reprendre le travail. 

Margot Benabbas

| lundi 6 avril 2020 à 22:34 - Mise à jour à 23:06

Actualité

Chômage partiel, le casse-tête des travailleurs frontaliers

26/05/2020

Actualité

La télémédecine de plus en plus présente dans les hôpitaux et prisons de la région

26/05/2020

Actualité

Les auto-écoles de Moselle ont repris dans le flou et sans protocole sanitaire

26/05/2020

Actualité

Sarre : Deux points de vente de tabac braqués la même nuit

25/05/2020

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.