Culture

Sarreguemines :
un contrat territorial
pour garantir la culture
pour tous


par Cédric Kempf
jeudi 9 décembre 2021 à 05:48

Sarreguemines est la 3ème ville de Moselle a signé un contrat territorial EAC, éducation artistique et culturelle

Après Metz et Talange, la ville faïencière s’engage à garantir l’accès à la culture pour tous et l’égalité des chances, notamment chez les jeunes.

Comment cela va se traduire ?

Son N°1 - Sarreguemines : un contrat territorial pour garantir la culture pour tous

Dès aujourd’hui, la ville va mettre en place un comité de pilotage pour définir ses priorités. L’objectif étant de s’appuyer sur la culture locale comme nous l’explique Laurent Touvet, le préfet.

Et on s'appuie sur cette histoire pour développer chez l'ensemble des jeunes une éducation à l'art et à la culture pour qu'ils apprennent à exprimer leurs sensations.

La ville passera notamment par l’école pour lancer des actions. Olivier Cottet est l’Inspecteur Académique en Moselle.

C'est un lieu d'apprentissage, c'est un lieu de création et c'est un lieu de transmission. 93% des collèges du département ont un volet culturel dans leur projet d'établissement, dans leur contrat d'objectif, ils en font une priorité.

Les actions peuvent être diverses et dans plusieurs domaines : la musique, la photographie, le théâtre,…

Christine Marchal est la conseillère déléguée à l’éducation artistique et culturelle.

On peut aussi se servir de dispositifs, on a beaucoup parlé de lecture qui est une grande priorité nationale. Une association ou des enseignants qui veulent travailler, par exemple, autour de la Nuit de la Lecture, peuvent venir nous voir et on travaillera ensemble pour des résidences d'artistes, des rencontres avec des auteurs,...

La petite enfance est aussi dans le viseur pour Claire Rannou la directrice chargée de la Démocratisation et des industries culturelles à la DRAC Grand Est.

On développe de plus en plus de résidences d'artistes pour accompagner les parents dans leur apprentissage de la parentalité, et pour accompagner les enfants dans leur appréhension du monde des tout-petits, de façon à faire pièce à ce que l'on appelle aujourd'hui la dénutrition culturelle.

Ce contrat est valable 3 ans et permettra à la ville d’avoir des aides de l’État et de l’Éducation Nationale.