Politique

Jours fériés en Alsace-Moselle : le député Patrick Hetzel dénonce l'hypocrisie du gouvernement


par Margot Benabbas
vendredi 1 avril 2022 à 15:28

Depuis plusieurs jours, la polémique enfle au sujet des jours fériés en Alsace-Moselle. Le Premier ministre, Jean Castex, a confirmé qu’il n’allait pas tenir compte des 2 jours fériés supplémentaires en Alsace et en Moselle dans le calcul du temps de travail annuel des agents de la fonction publique territoriale. Ça veut dire qu’ils devront rattraper le vendredi saint et le 26 décembre afin de travailler 1607 heures par an comme tout le monde au lieu de 1593 heures aujourd'hui. 

Cette annonce n’a pas plu à de nombreux élus du territoire dont Patrick Hetzel, député LR de Saverne.

Son N°1 - Jours fériés en Alsace-Moselle : le député Patrick Hetzel dénonce l'hypocrisie du gouvernement

Là où j'hallucine c'est que par exemple les collègues de la majorité disent : "mais c'est pas très grave c'est 14h. 14h réparties sur 250 jours de travail on parle de 3 minutes par jour". Oui sauf que la question c'est bien celle-là ! Jusqu'à présent les fonctionnaires territoriaux en Alsace-Moselle avaient un avantage qui était celui de l'existence de 14h de travail en moins en raison de ces 2 jours fériés et donc une nouvelle fois le gouvernement dit : "Je maintiens ces 2 jours mais je supprime les 14h", prenez-nous pour des imbéciles ! 

Pour l’instant, seuls les agents de la fonction publique territoriale sont concernés mais Patrick Hetzel craint que ce soit l’intégralité du droit local qui soit menacé.

Son N°2 - Jours fériés en Alsace-Moselle : le député Patrick Hetzel dénonce l'hypocrisie du gouvernement

Je pense que sur des sujets comme ceux-là il faut réaffirmer clairement les principes, c'est pour ça qu'on va se battre là-dessus. Et s'il le faut on déposera un texte de loi, si le gouvernement ne plie pas. Parce que si vous ne réagissez pas et si vous laissez faire, le risque c'est qu'à un moment ou un autre, il y aura peut-être une autre disposition où on va supprimer finalement une disposition de notre droit local. Une fois que ça commence on ne sait pas où ça s'arrête.  

Les députés et sénateurs du Bas-Rhin vont se renseigner sur comment ils peuvent contrer la circulaire du Premier ministre. En Moselle, le député LR de Sarrebourg Fabien Di Filippo a notamment écrit au Premier ministre pour dénoncer « l’hypocrisie » du gouvernement. 

Les sénateurs Jean-Louis Masson, Christine Herzog et Catherine Belrhiti également vivement réagi.