Réforme des retraites : un passage en force qui ne passe pas auprès des manifestants


par Camille Bazin
jeudi 23 mars 2023 à 17:25

Réforme des retraites : un passage en force qui ne passe pas auprès des manifestants

Ce jeudi 23 mars, les opposants à la réforme des retraites étaient une nouvelle fois dans la rue. Entre l’usage du 49.3, le rejet des motions de censure et le discours du président Emmanuel Macron à la télévision mercredi, la colère des manifestants n’est plus dirigée exclusivement vers la réforme. À Sarreguemines, ils étaient environ 140 à défiler ce jeudi matin.

Son N°1 - Réforme des retraites : un passage en force qui ne passe pas auprès des manifestants

« Ce n’est pas une démocratie, clairement c’est une monarchie ! »

On est là, même si Macron ne veut pas nous on est là !

Ils ne lâchent rien. Si Emmanuel Macron a annoncé la mise en place de la réforme des retraites avant la fin de l’année, les manifestants ne comptent pas renoncer. Anne, enseignante dans l’éducation nationale est de toutes les manifestations.

On trouve toujours que c’est une réforme qui est très injuste et là, en plus, avec le passage en force avec le 49.3, on est plus mobilisés que jamais.

Car ce jeudi, dans le cortège c’est bien ça qui ressort : le passage en force. La réforme passe presque au second plan pour Eric, conseiller aux prud’hommes de Forbach et Sébastien, de la CFTC Continental.

Il ment complètement en disant que les syndicats n’ont rien proposé, n’ont pas voulu négocier alors qu’aucune négociation n’était possible. C’est incompréhensible. On se demande s’il n’est pas tout simplement devenu fou. – Eric, syndicat CFE-CGC

Là je pense qu’on a passé un cap, on n’est plus seulement sur la réforme des retraites. A un moment donné il a passé sa réforme en force et ça pour moi ce n’est pas une démocratie, clairement c’est une monarchie. - Sébastien, CFTC Continental

Et quand on demande aux manifestants s’ils ont écouté la prise de parole du président lors des JT de TF1 et France 2, la réponse est unanime.

En toute honnêteté non. Parce que ce n’est pas mon président et on savait tous, ce qu’il allait dire. Clairement, je ne veux pas être malpoli mais il ne nous a pas respectés en tant que syndicat, il ne nous a pas écoutés, il n’a pas travaillé avec nous. À chaque grève il n’était pas en France, il était occupé à autre chose. Ce n’est pas respecter son peuple. - Sébastien, CFTC Continental

Je n’ai pas regardé. J’ai regardé les résumés ça m’a suffi. - Patrick, secrétaire adjoint du syndicat FO du CHS de Sarreguemines

Beaucoup de Français ont dû faire comme nous : éteindre la télé. Il ne veut pas nous écouter, on n’a pas envi de l’écouter non plus. – David, CFDT Continental

Des palettes brûlées devant la permanence du député Vincent Seitlinger

Il n’y a pas qu’Emmanuel Macron dans le viseur des manifestants. Après avoir ralenti la circulation à plusieurs endroits stratégiques de Sarreguemines, notamment les ronds-points en direction de Bitche et près de l’Intermarché, le cortège s’est rassemblé devant la permanence du député LR Vincent Seitlinger. Patrick, secrétaire adjoint du syndicat FO du CHS de Sarreguemines ne mâche pas ses mots.

Je suis devant la permanence du député qui avait dit qu’il ne voterait pas la réforme et qui s’est dégonflé devant la motion de censure. Je suis déçu parce qu’il faut aller au bout de l’idée. - Patrick, secrétaire adjoint du syndicat FO du CHS de Sarreguemines

Je ne comprends pas très bien pourquoi il a fait ça alors qu’il y a quand même un tiers des députés LR qui ont voté pour la motion de censure. Il y a eu 19 courageux. Je pense que son électorat lui en tiendra rigueur à l’avenir et qu’il part avec un petit handicap pour sa prochaine réélection. - Eric, syndicat CFE-CGC

À midi, les manifestants ont quitté Sarreguemines pour rejoindre la grande manifestation à Metz.

Une opération escargot entre Sarrebourg et Phalsbourg

En Moselle-sud, sur la RN4, entre Sarrebourg et Phalsbourg. L’intersyndicale de Sarrebourg a organisé une opération escargot. Les manifestants ont bloqué le régulateur de vitesse à… 49,3km/h. Le message est passé.

Des manifestations à Metz, Strasbourg et Nancy

À 14h, les cortèges se sont élancés dans de nombreuses villes de France. Dans notre région Metz, Strasbourg et Nancy.

À Metz entre 8 000 et 13 000 manifestants ont défilé dans le calme. Ils étaient entre 12 400 et 30 000 à Strasbourg et entre 10 000 et 20 000 à Nancy.


Dans le reste de l'actu...

Phalsbourg : Grand brûlé, il lance son association pour soutenir les enfants hospitalisés

il y a 58 min

Pronostics hippiques du vendredi 19 avril 2024

il y a 4 h 19 min

Sarreguemines : Signature du contrat de ville "engagement quartiers 2030", deux quartiers concernés

il y a 4 h 49 min

Farébersviller : De nombreux demandeurs d'emplois se sont donnés rendez-vous au B'est

il y a 5 h 6 min

La Carrière Simon à Schoeneck, un lieu historique enfin ouvert au public !

il y a 22 h 49 min

Qui est Benjamin Klein, musicien et chanteur de l'orchestre ''ma bonne étoile'' ?

il y a 1 jour 43 min

Ce qu'il faut savoir avant de faire sa déclaration d'impôts 2023

il y a 1 jour 1 h 1 min

Voir toute l'actu

Flash InfoA Strasbourg, 132 personnes évacués en pleine nuit d’un hôtel après un incendie

il y a 52 min

Flash InfoLes pharmacies du Grand-Est montent au créneau pour défendre l’accès aux soins pour tous et faire face aux déserts pharmaceutiques

il y a 2 h 35 min

Flash InfoUn incident inquiétant à Lebach en Sarre : un homme a tenté d'attirer un enfant de 10 ans avec des bonbons

il y a 5 h 43 min

Flash InfoL’agglomération de Forbach travaille sur le réseau d’eau à Bousbach

il y a 17 h 29 min

Flash InfoDe nouvelles animations sont prévues au parc Sainte-Croix pour les vacances scolaires

il y a 17 h 30 min

Flash InfoPlus de 830 000 licences sportives ont été délivrées en 2022 dans le Grand-Est

il y a 17 h 31 min

Flash InfoUne élève du collège a fait une crise cardiaque suite à cette agression

il y a 17 h 33 min

Voir toute l'actu

Un site fièrement propulsé par