Actualité


Jonathan Tousch, un médecin en devenir à l’heure Covid

Jonathan Tousch, un médecin en devenir à l’heure Covid

Jonathan Tousch, 27 ans, est originaire de Hambach. Il suit depuis 9 ans des études de médecine avec une spécialisation en médecine vasculaire aux hôpitaux universitaire de Strasbourg. Dernièrement, il a soutenu avec succès sa thèse pour le diplôme de Docteur en Médecine vasculaire. En stage à Mulhouse au début de l’année, il a décidé de s’intéresser à un sujet plus que jamais d’actualité : les complications thromboemboliques veineuses chez les patients hospitalisés pour Covid-19.

« On s’est dit on va travailler là-dessus pour servir un peu à quelque chose »

Pour devenir officiellement docteur, chaque interne en médecine doit présenter une thèse. Si initialement, Jonathan n’avait pas choisi cette thématique l’actualité l’a fait se tourner vers les complications engendrées par le Covid-19.

Quand tout ça a commencé on s’est dit qu’il y avait quelque chose d’actualité donc autant travailler dessus, essayer de servir un peu à quelque chose. On s’est intéressé aux patients qui étaient hospitalisés au sein des hôpitaux universitaires de Strasbourg et on a regardé chez ces patients là lesquels présentaient des complications thromboemboliques donc c’est le fait de thromboser des veines, faire des phlébites, faire des embolies pulmonaires, toutes ces choses-là.

L’étude a porté sur près de 1000 patients et devrait bientôt être publiée.

« Il a parfois fallu faire des choix un peu compliqués »

Si le jeune médecin peut, avec cette thèse, être fier d’avoir pu participer à l’avancée de la recherche médicale sur le Covid-19, il n’oublie pas les mois difficiles traversés en début d’année.

C’est frustrant. Il y a certains patients qui certes avaient des maladies chroniques mais qui vivaient très bien chez eux leur petite vie et on ne savait pas trop quoi faire. Il n’y avait pas forcément la place en réanimation qui aurait permis la prise en charge de ces patients parce qu’il y a d’autres patients plus jeunes qui en avaient besoin et qui avaient plus de chance. C’est là qu’il a fallu faire des choix un peu compliqués.

Alors que le nombre d’hospitalisations pour Covid-19 repart fortement à la hausse ces derniers jours les hôpitaux de Strasbourg se préparent.

Après l’été c’était revenu à la « normale » dans la mesure où la réanimation prenait en charge les cas graves d’ailleurs là ils sont pas mal surchargés ces derniers temps. Autrement c’était uniquement les services de maladies infectieuses et de pneumologies qui prenaient en charge les cas de Covid qui ne nécessitaient pas d’aller en réanimation. Là aussi ils commencent à se remplir. Pour le moment les autres services ne sont pas encore réquisitionnés. Aux urgences en revanche ils ont recréé des zones dédiées à l’accueil de ces patients-là.

Même si aujourd’hui les médecins ont un peu plus de connaissance sur le virus, le fonctionnement se fait toujours un peu au jour le jour.

Pour Jonathan Tousch, cette épidémie n’a pas remis en question son choix de carrière. Il projette, après encore 2 années de finalisation de sa formation à Strasbourg, de s’installer à Sarreguemines.

 

Camille Bazin

| mercredi 28 octobre 2020 à 10:22 - Mise à jour le 30 octobre 2020 à 10:26

Actualité

Un test PCR de moins de 72h bientôt obligatoire pour passer la frontière

25/02/2021

Jeux

Ce vendredi : GAGNEZ 1000€ CASH !

25/02/2021

Actualité

Obergailbach : Delphine se lance dans les biscuits locaux

25/02/2021

Actualité

Moselle : Un chat retrouve sa famille 10 ans plus tard

25/02/2021

Voir la suite

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.