Actualité


La Moselle prête à accueillir des patients Sarrois

La Moselle prête à accueillir des patients Sarrois

La situation sanitaire en Sarre se détériore ces dernières semaines. Plus de 2500 personnes sont infectées par le virus et plus de 350 sont décédées depuis le début de la crise.

La tension hospitalière se fait également ressentir et les hôpitaux en Sarre doivent déprogrammer les opération non urgentes. 290 malades sont hospitalisées, c'est bien plus que lors de la première vague, et une soixantaine de cas sont en réanimation.

Au printemps dernier, la Moselle a pu compter sur la Sarre pour accueillir des cas Covid dans leurs hôpitaux. C'était aussi le cas le mois dernier avec des malades de l'hôpital de Saint-Avold et Sarreguemines.

La pression hospitalière est encore soutenue en Moselle actuellement, mais la réciprocité est-elle aussi d'actualité si la Sarre faisait appel à nous ? La réponse de Jean Rottner, président de la Région Grand-Est.

J’ai récemment conclu avec Tobias Hans, Ministre-Président de la Sarre, et les Ministres-Présidents de Rhénanie-Palatinat et de Bade-Wurtemberg, un pacte d’assistance mutelle (Beistandspakt) par lequel nous nous engageons, dans le strict respect de nos compétences respectives, à coordonner aux mieux nos engagements de part et d’autre de la frontière pour prévenir une évolution critique de la pandémie, tout en facilitant la continuité de l’activité économique et sociale dans les zones frontalières, dans l’intérêt des travailleurs frontaliers, mais également de tous les habitants de la région frontalière habitués à se rendre régulièrement de France en Allemagne. Le principe d’une prise en charge de patients du pays partenaire par les autorités médicales compétentes, sous réserve de disponibilités de lits, est bel et bien inscrit dans ce cadre de coopération et je sais l’Agence régionale de santé attachée au principe de réciprocité. Si les autorités sarroises devaient solliciter de l’ARS le transfert de patients sarrois vers des hôpitaux mosellans ou d’autres territoires français, je ne doute pas que ces demandes seront entendues et instruites avec le plus grand professionnalisme, et avec bienveillance.

Pour le président de région, ce deuxième confinement est nécessaire.

J’ai pris connaissance de l’évolution de la situation épidémiologique dans la Sarre et dans les autres Länder frontaliers et de l’entrée en vigueur mercredi 16 de mesures de précaution supplémentaires, à la veille des fêtes de Noël. Ceci reflète la prise en compte conjointe par nos partenaires sarrois et par le Gouvernement fédéral d’une situation sanitaire dont la tendance d’évolution, à ce jour, semble moins favorable côté allemand que côté français. Pour autant, j’ai entière confiance dans la pertinence des mesures mises en œuvre par nos partenaires allemands pour prévenir un rebond épidémiologique trop net autour de Noël et du nouvel an. Ces mesures sont concertées et s’appliqueront autant aux habitants de la Sarre qu’aux frontaliers qui continueront à se rendre dans la Sarre pour des raisons professionnelles ou familiales, sachant que la frontière demeure bel et bien ouverte.

Des patients Sarrois accueillis prochainement à Freyming-Merlebach ?

Le député de la circonscription de Forbach, Christophe Arend, appelle à l'amitié franco-allemande et à cette réciprocité.

Pour l'accueil des patients, je continue à dire que sur notre bassin de vie transfrontalier, nous devons avoir une gestion commune des moyens pour combattre ensemble la pandémie. Je dis souvent à mon homologue du Bundestag Andreas Jung "Zusammen schaffen wir das!".

Le président du groupe d'amitié France-Allemagne a également annoncé sur les réseaux sociaux que l'Agence Régionale de Santé a proposé à la Sarre de permettre à des patients allemands convalescents d’être pris en charge par l’établissement de Soins de Suite et de Réadaptation (SSR) de Freyming-Merlebach.

Après les couacs sur la fermeture des frontières et la mésentente sociale entre français et allemands lors du premier confinement, des efforts ont été faits des deux côtés pour améliorer ce travail commun face à cette pandémie.

Cédric Kempf

| mardi 15 décembre 2020 à 14:27 - Mise à jour à 15:02

Actualité

Nina Kanto, le retour de la ''Lionne''

09/05/2021

Actualité

Un conseiller départemental, à quoi ça sert ?

09/05/2021

Actualité

Attentat déjoué en Moselle : Trois suspects mis en examen

08/05/2021

Actualité

12 500 euros d’aides pour les étudiants sarregueminois

08/05/2021

Voir la suite

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.