Actualité


Pour Fabien Di Filippo, les nouvelles restrictions sont le fruit de ''l'incompétence du gouvernement''

Pour Fabien Di Filippo, les nouvelles restrictions sont le fruit de ''l'incompétence du gouvernement''

Le président de la République a fait plusieurs annonces hier soir pour enrayer l'épidémie de Covid-19.

Son N°1 - Pour Fabien Di Filippo, les nouvelles restrictions sont le fruit de ''l'incompétence du gouvernement''

Fabien Di Filippo – député Les Républicains de la circonscription de Sarrebourg.

Une des mesures concerne les écoles. Des cours à distance puis des vacances pour tous avant une reprise différée selon les niveaux. Fallait-il fermer les écoles ? 

On le voit bien, quand on doit prendre ce type de mesure c'est toujours un échec. C'est qu'en terme de vaccination, de lits de réanimation on n'a pas été au rendez-vous. On en parle depuis 11 mois maintenant notamment des lits de réanimation et on nous renvoie toujours au futur. Hier encore il nous dit "vacciner, vacciner, vacciner, ça va être accéléré". On l'entend depuis 4 mois. Sur les lits de réanimation on demande des comptes depuis 11 mois. Pas un seul n'a été pérennisé. Et on se retrouve dans une situation qui oblige pour éviter la submersion dans certains endroits à prendre des mesures drastiques au détriment des familles au détriment de nos enfants et au détriment de nos petits commerçants qui vont être les premiers visés.

Les familles, les enfants et les commerçants sont les victimes selon vous ? 

Oui, c'est les victimes de cette impréparation. On a demandé à travailler sur beaucoup de scénarios. Je vous donne un exemple, nos structures qu'elles soient hospitalières ou nos centres de vaccination seraient prêts à vacciner 2 à 2.5 fois plus vite si on avait eu les doses. Mais aujourd'hui il faut constater une carence, pas seulement au niveau français mais au niveau européen. Il faut savoir qu'on a exporté en début de crise des doses de l'Union Européenne vers la Grande-Bretagne vers le Canada, le Japon. Et pendant que certains accéléraient vraiment la vaccination comme l'Angleterre ou Israël et bien de notre côté on a sévèrement patiné. Alors aujourd'hui, vous avez des commerces dits non-essentiels qui redressaient la tête qui avaient tout fait pour adapter les protocoles et qui vont être obligés de remettre la clé sous la porte. Et je pense aussi aux familles qui se retrouvent avec leurs enfants du jour au lendemain sur les bras. C'est très difficile pour eux et pour nos entreprises de se réorganiser en si peu de temps quand ils ont entendu notre Président dire pendant plusieurs mois "je ne veux pas reconfiner", "je n'aurai pas besoin de reconfiner". Mais aujourd'hui, la réalité l'a tristement rattrapé.

Il n'aurait pas dû annoncer ça hier ? 

Le problème c'est qu'aujourd'hui on n'a plus le choix que d'aller vers ces mesures. Parce que vous avez en Île de France, dans les Hauts de France, peut-être aussi sur Metz des situations qui sont beaucoup plus tendues du point de vue hospitalier. Et donc ils se retrouvent dans une impasse. Malheureusement le drame s'est noué en début d'année/ fin d'année dernière et courant de l'été dernier même. Je sais bien qu'en 2 semaines on ne peut pas former des infirmiers réanimateurs mais par contre en 1 an on avait largement le temps de préparer ces changements d'échelle et de structure. Et c'est ça vraiment que je regrette. Si aujourd'hui on n'a pas le choix d'aller vers ce type de mesures, c'est bien parce qu'à un moment il y a eu, je n'ai pas peur du mot : de l'incompétence de la part du gouvernement et d'Emmanuel Macron. 

Emmanuel Macron a évoqué un agenda de réouverture dès la mi-mai de différents lieux (commerces, restaurants, cinémas) et de reprise de différentes activités. Pour vous, c'est un délai raisonnable ? Il faut montrer la lumière au bout du tunnel aux Français ?

Mais je le souhaite. Et nous au niveau de nos collectivités et de nos territoires on fera tout si on nous donne les doses de vaccin pour qu'on puisse être en situation de le faire. Mais quand j'ai entendu ça, ça m'a donné un petit air de déjà vu et le porte-parole du gouvernement avait déjà dit la même chose il y a deux mois concernant la mi-avril. Il avait dit "à la mi-avril vous avez une perspectuve, il y a la lumière au bout du tunnel", exactement les mêmes mots. Aujourd'hui on sait que cette mi-avril on va la passer "confinés" et on nous renvoie encore à 2 mois plus loin. Donc moi aujourd'hui je choisis de croire que ce que je vois. 

Jean Castex va s'exprimer à l'Assemblée pour évoquer la situation sanitaire ce matin. Qu'allez-vous voter ?

Malheureusement c'est un simulacre de démocratie. On nous demande de débattre sur la situation sanitaire et les mesures le lendemain des annonces qui ont été faites par le Président. Le Parlement, ne doit plus être piétiné comme le fait La République En Marche. Il aurait fallu faire ce débat la veille et que le Président se prononce le soir après avoir écouté les chambres et les avoir fait voter. Moi je refuse et vous verrez que tous les groupes d'opposition vont refuser cette parodie de démocratie. 

Margot Benabbas

| jeudi 1 avril 2021 à 09:46 - Mise à jour à 10:32

Actualité

Les forêts de Sarreguemines rouvrent au public

03/08/2021

Actualité

Du soutien scolaire pour les écoliers de Forbach

03/08/2021

Actualité

Morhange : Une bourse pour attirer les futurs médecins

03/08/2021

Actualité

Oeting (Ep.2) : des savons bons pour le corps et la planète

03/08/2021

Voir la suite

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.