Actualité


Martin Meyer, candidat aux régionales pour le parti Unser Land

Martin Meyer, candidat aux régionales pour le parti Unser Land

Martin Meyer, candidat aux élections régionales pour le parti Unser Land avec la liste « Stop Grand Est, en avant l’Alsace »

Son N°1 - Martin Meyer, candidat aux régionales pour le parti Unser Land

Martin Meyer vous avez 54 ans, vous êtes marié, père de 2 enfants et êtes originaire d’Alsace Bossue. Vous êtes ingénieur dans un bureau d’études à Barr.

1. Qu’est-ce qui vous pousse aujourd’hui à vous présenter à ces élections régionales dans le Grand Est ?

En 2015, lors de la réforme territoriale, ça a été ressenti comme une très grande violence ici en Alsace. Il y a donc eu une levée de boucliers énorme, d’ailleurs monsieur Jean Rottner, l’actuel président était un des grands pourfendeurs de cette grande région au départ, puisqu'il était à la tête d'une grande pétition, on se souvient tous du slogan qu'il a lancé Place de Bordeaux "Elsass steh üf". Cette réforme ne passe toujours pas, parce que c'est une réforme qui tend à diluer les identités régionales, de plus c'est une réforme qui économiquement n'apporte rien. En fait, on a créé une structure qui est immense, qui ne marche pas et qui n'apporte rien, on va dire par rapport aux régions historiques qui sont cohérentes, puisque vous en Lorraine, vous avez vos spécificités particulières, notamment de là où vous êtes situés par rapport à vos thématiques transfrontalières avec Sarrebruck. En Alsace, les problématiques transfrontalières sont différentes puisque nous sommes le long du Rhin, nous sommes dans le bassin rhénan, le "Rheintal". Disons que le Grand Est ça ne marche pas, ça a été imposé de façon non démocratique puisque ça bafoue la Charte européenne de l'autonomie locale. François Hollande a voulu faire cette réforme pour on ne sait quelle sombre dessin et on a donc décidé de continuer le combat et de proposer finalement à l'ensemble des habitants du Grand Est la possibilité de voter pour une liste régionale résolument contre ses fuites en avant.

2.   L’intitulé de votre liste est assez clair « Stop Grand-Est, en avant l’Alsace », que faites vous des habitants de l’ex-Lorraine et ex-Champagne Ardenne ?

Alors non, nous ne les oublions pas.

Il est vrai que "Unser Land" est un parti alsacien,  aujourd'hui le seul parti régionaliste en capacité de proposer une liste était en Alsace, puisque nous faisons partie de "Régions et Peuples Solidaires", qui est une fédération de partis français qui prônent l'autonomie. Ainsi la capacité de pouvoir décider localement de son avenir, ce sont des thématiques qui peuvent tout à fait intéresser en Lorraine, en Champagne et dans les Ardennes. Toujours est-il qu'aujourd'hui "Régions et Peuples Solidaires" est composé majoritairement de régions à identité forte, comme les basques, les bretons, les corses, les occitans. Si vous voulez, pratiquement, il n'y avait finalement qu'en Alsace, la possibilité de constituer cette piste, mais encore une fois notre liste est une liste d'ouverture qui tente finalement à prêcher également la bonne parole et la parole du fédéralisme, en dehors des frontières de l'Alsace, au-delà de l'Alsace et de toute façon nous avons, si le Grand Est nous donne un point en commun tous les trois, parce que nous sommes chacun, l'un des trois entités : Lorraine, Champagne Ardenne et  Alsace, font trois entités cohérentes, ce que nous apporte finalement le Grand Est de commun c'est que nous sommes dans une structure qui ne marche pas. 

3.   Hormis ça, quels sont vos projets pour la région ? pour les auditeurs qui nous écoutent particulièrement basés en Moselle-Est quels sont les points de votre programme qui pourraient les intéresser ?

En Moselle-Est vous avez des spécificités qui sont spécifiques, vous avez donc les houillières qui se sont arrêtées, de nouvelles industries qui se sont installées. On connait tous maintenant un peu la destiné de la Smart, avec la reprise de Inéos. On entend parler d'un projet énorme d'installation d'usine de panneaux photovoltaïques.

En revanche, soutenir les emplois, le Grand Est n'y est pour rien, voici le message que j'essaye de vous faire passer : Le Grand Est n'y est pour rien, ça c'est dû par rapport à votre position, votre contexte local, votre position géographique, par rapport aux savoir-faire locaux, que l'on trouve et le Grand Est là-dedans n'a eu aucune action et donc le Grand-Est finalement n'a rien apporté.

Camille Bazin

| lundi 7 juin 2021 à 09:07 - Mise à jour à 11:03

Culture

Bitche : des œuvres du monde entier au cœur du centre-ville

26/10/2021

Culture

Sarreguemines : une pièce de théâtre raconte l'exil des Mosellans en 39-40

26/10/2021

Culture

Freyming-Merlebach : Arthur Hopfner, des forces spéciales à l'écriture

26/10/2021

Faits Divers

Nelling : une conductrice décède après un accident avec un tracteur

25/10/2021

Voir la suite

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.