Economie

Loi Egalim : les agriculteurs déversent leur colère au Cora à Sarreguemines


par Cédric Kempf
mardi 15 février 2022 à 17:06

La colère monte d’un cran chez les Jeunes Agriculteurs de Moselle

La preuve ce mardi matin au Cora de Sarreguemines puis devant d’autres enseignes de la ville. Du lisier et de la paille ont été déversés et éparpillés. Des banderoles ont été installées. On s’est rendu sur place pour leur donner la parole.

Son N°1 - Loi Egalim : les agriculteurs déversent leur colère au Cora à Sarreguemines

C’est à 8h ce mardi matin que les jeunes agriculteurs du pays de Bitche et d’Albestroff sont venus exprimer leur mécontentement. Leur cible principale : l’enseigne Cora. Marc Bodo est administrateur des Jeunes Agriculteurs du département.

On est venu en avril dernier coller des étiquettes, donc tout à fait pacifique. On a fait une action qui était basée sur la communication; on a parlé au directeur, aux clients. Donc là, du coup, on est revenu faire un relevé de prix, et on se rend compte qu'il n'y a de nouveau rien qui a changé.

Les prix sont donc dans leur ligne de mire, notamment les produits laitiers. Leur colère s’explique donc par le non-respect des Lois Egalim 1 et 2. Théo Thumser-Henner est président des JA du pays de Bitche.

Il y a des accords qui ont été mis en place comme quoi le producteur soit rémunéré un prix minimum de base, et donc les supermarchés ont un prix de vente minimum à respecter, et celui-ci n'est pas respecté aujourd'hui. Donc il y a la Loi Egalim 1 qui est sortie, maintenant la Loi Egalim 2, et aujourd'hui aucune des deux n'est respectée et l'Etat ne fait pas non plus respecter cette loi.

D’autant plus que la situation se tend à nouveau pour les agriculteurs.

Aujourd'hui, on est obligé d'agir parce-que nos charges, nos exploitations ne font qu'augmenter, donc 13% environ sur l'alimentation du bétail, 70% sur les engrais et produits phytosanitaires.

Sans oublier le gasoil. Mais leur action n’a pas plu à la direction de l’hypermarché, à l'image de Severine Demandrille, la directrice.

Je veux bien que vous soyez en colère, ça je le comprends tout à fait, mais il y a des limites et là moi je pense que vous avez explosé toutes les limites en faisant tout cela sur le parking ! Mes résultats sont très fragiles, vous aussi, mais moi aussi ! Il ne faut pas croire que nous roulons sur l'or ou que tout est simple pour nous. Moi j'ai 300 employés, j'ai des familles aussi, j'ai les gens de la galerie marchande. - directrice du Cora 

Ce qui gravite autour du monde agricole, vous savez le nombre d'emplois que c'est ? Et le nombre d'emplois qu'ils perdent tous les ans ? - un jeune agriculteur

Les Jeunes Agriculteurs attendent maintenant un rendez-vous avec le sous-préfet pour faire un point sur leur situation.