Actualité


Bouzonville : un autocar médicalisé proposé par les transports Schidler

Bouzonville : un autocar médicalisé proposé par les transports Schidler

Photo : Facebook Autocars Schidler

Tous les moyens sont bons pour transférer les malades. Les hélicoptères, les trains, et pourquoi pas les bus ? C’est en tout cas l’idée de Thierry Schidler, le Président des autocars Schidler, société basée à Bouzonville.

Privés d’activité depuis la mi-mars suite au confinement, les cars Schidler sont à l’arrêt. Le dirigeant de la société mosellane a donc posté un message sur les réseaux sociaux. Il propose de mettre gratuitement à disposition « d’association sanitaire organisée » un autocar-couchette pour transférer des malades.

Un autocar entièrement médicalisé

Dans la foulée, il a été sollicité par le CHU Robert Debré de Reims. Un premier voyage a été effectué la semaine dernière entre Reims et Orléans avec 6 patients à bord et 5 soignants. L’autocar a été transformé en véritable ambulance.

L’hôpital a équipé le car avec tout l’appareillage médical nécessaire. Les alèses, les matelas, les draps pour le confort des malades et aussi l’appareillage d’oxygène. La configuration du car était parfaite pour l’équipement et ils ont considéré que 10 malades maximum pouvaient être très confortablement installés pour ce type de déplacement.

Pour ça, le chauffeur volontaire a été totalement équipé.

Il était séparé des malades par un grand rideau, un rideau qui séparait l’habitacle du car avec le cockpit. Et il était habillé d’une combinaison complète, de la tête au pied, avec un masque et des lunettes.

Une deuxième navette est partie mardi dernier, mais elle a dû être avortée en cours de route. « L’agence régionale de santé a refusé l’initiative prise par les deux hôpitaux, car elle n’avait pas été avertie ». En attendant, l’autocar est rentré en Moselle. Il reste disponible pour d’autres hôpitaux sous réserve d’un accord de l’ARS.

Des transports pour les demandeurs d'asile

La mission de Thierry Schidler ne s’arrête pas là pour autant. Il propose également le transport des demandeurs d’asile qui sont trop nombreux dans un même endroit.

Nous transportons des demandeurs d’asile qui sont regroupés à Metz, mais trop nombreux au même endroit. Donc le confinement n’est pas assez respecté. On les dispache alors vers d’autres endroits de la Moselle afin qu’ils soient répartis en famille mais sans trop de monde dans un même lieu.

Jusqu'à 2 millions d'euros de perte

Depuis le début du mois de mars, les véhicules de la société sont à l’arrêt. Pas de transports scolaires, pas de transports sur lignes régulières, ni de transports touristiques et occasionnels. Le potentiel de perte pour l’entreprise de 60 salariés, pourrait atteindre les 2 millions d’euros si les mesures de confinement se poursuivaient jusqu’à fin juin.

Entre le 1er mars et le 30 juin 2019, nous avons fait 1,6 millions d’euros de chiffre d’affaires en transport occasionnel et touristique. Je ne pense pas que ces transports-là puissent reprendre avant fin juin. Donc si je prends le chiffre d’affaires de l’année dernière à la même époque, il est facile d’imaginer ce que pourrait être la perte cette année. Et l’année 2020 devait être encore meilleure que l’année 2019…

 

Julie Chaput

| vendredi 3 avril 2020 à 11:30 - Mise à jour à 11:43

Actualité

Moselle/Bas-Rhin : je peux, je ne peux pas à partir du 02 juin

28/05/2020

Actualité

Ségur de la santé : Nicole Trisse en visite à l’hôpital Robert Pax

28/05/2020

Actualité

En direct : suivez avec nous la phase 2 du déconfinement en Moselle et dans le Bas-Rhin

28/05/2020

Actualité

L’association des Bitcher’katz arrive à saturation

28/05/2020

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.