Actualité


Que faire face à la prolifération des chenilles urticantes ?

Que faire face à la prolifération des chenilles urticantes ?

On peut le constater sur les réseaux ou dans notre entourage, le sujet des chenilles processionnaires fait parler. Elles font leur retour en force et causent des soucis de santé chez certains.

Son N°1 - Que faire face à la prolifération des chenilles urticantes ?

 Benjamin VIN, responsable du Pôle milieu extérieur à l’ARS Grand-Est

1) Pourquoi il y a autant de chenilles cette année ? Est-ce que c’est particulièrement le cas cette année ou il y en a beaucoup chaque année ?

La région Grand-Est est particulièrement impactée par la prolifération des chenilles processionnaires du chêne. On a beaucoup de signalements d’exposition aux chenilles, tous les ans ça nous arrive, même si c’est variable d’une année à une autre. Mais on sait qu’on est une région qui est particulièrement impactée, donc la période du mois de juin est une période pendant laquelle, on reçoit habituellement beaucoup de signalements.

2)   Est-ce que les chenilles processionnaires sont « dangereuses » pour l’Homme ?

Tout à fait, elles sont dangereuses. J’aimerais tout d’abord indiquer, qu’il y a deux types de chenilles processionnaires. On a les chenilles processionnaires du chêne et les chenilles processionnaires du pin. Donc comme je l’ai dit dans la région on croise surtout les chenilles processionnaires du chêne, les chenilles processionnaires du pin sont plutôt présentes dans le sud de la France. Ces chenilles possèdent en fait des poils microscopiques qu’elles vont libérer, lorsqu’elles vont se sentir menacées, et ce sont ces poils qui sont particulièrement urticants, qui vont donc provoquer des troubles, lorsqu’on va y être exposé.

3)   Quels sont les symptômes ?

Dans la grande majorité des cas, ce sont des symptômes qui vont être sans gravité, on va rencontrer surtout des effets cutanés, donc des effets au niveau de la peau : des démangeaisons, de l’urticaire, des éruptions cutanées, c’est les effets qu’on rencontre le plus. Après on peut avoir d’autres types d’effets, au niveau des yeux, avec des yeux rouge, larmoyant, un peu douloureux. On peut aussi avoir des effets au niveau des voies respiratoires, avec parfois des difficultés à respirer. On peut si on en avale avoir des maux de gorges, de la toux, une difficulté à avaler et parfois des douleurs abdominales. Les cas les plus grave, mais qui sont fort heureusement des cas rares, on peut avoir des réactions allergiques graves, qui peuvent nécessiter une prise en charge médicale, mais dans la grande majorité des cas c’est plutôt des symptômes sans gravité, par exemple des démangeaisons qui peuvent être vraiment fortes, mais qui restent des symptômes sans gravité.

4)   Que faut-il faire en cas de symptômes ? Y a-t-il des recettes miracles, de grand-mère pour calmer les démangeaisons ?

Au niveau de la peau, ce qu’on peut recommander, si on a été exposé aux poils, pendant une promenade par exemple en forêt, ou pendant une balade dans une zone où les chenilles sont présentes c'est de se laver, de prendre une douche et puis de changer de vêtements en rentrant. Ça c’est la première recommandation. De la même manière pour tout ce qui est exposition au niveau des yeux, il faut directement rincer, puis si le rinçage n’est pas efficace aller plutôt chez le médecin. Pour les poils que vous aurez ingérés je peux vous conseiller de boire un grand verre d’eau, ce qui va permettre de diluer la quantité de poils. Parfois on a des poils dans la bouche ou sur la langue, à ce moment-là on peut essayer de les enlever à l’aide d’une spatule, à l’aide de ruban adhésif. Dans tous les cas, quand il y a des symptômes plutôt légers, on conseille d’aller voir son médecin, éventuellement d’aller en pharmacie parce qu’il y a des médicaments qui peuvent être efficaces pour les démangeaisons. Et puis en cas de symptômes plus graves, alors là on parle de malaise, de vertige, de vomissement, de trouble de respiration sévère, d’atteinte des yeux sévère ou une réaction allergique, alors là on conseille plutôt d’appeler le 15 ou de se rendre aux urgences.

5)   Que faut-il éviter en ce moment pour ne pas être en contact avec les chenilles processionnaires ?

Une des premières précautions c’est de ne pas s’approcher des chenilles, de leur nids ou d’arbres infestées par les chenilles et surtout de ne pas les toucher, ça c’est particulièrement vrai pour les enfants qui peuvent être tentés de s’en approcher et de les toucher, donc essayer de se tenir à distance. Après lorsqu’on va faire une promenade en forêt, où lorsqu’on fait une ballade dans un secteur où les chenilles sont présentes ou été présentes dans le passé, on essaye de se protéger, alors je sais que ce n’est  pas évident en ce moment, mais la recommandation en ce moment c’est de porter des vêtements plutôt protecteur, qui vont protéger les bras, les jambes et éventuellement porter des lunettes, protéger la tête avec une casquette et un chapeau et puis au retour de la ballade essayer de prendre une douche et changer de vêtements. Pour les personnes qui habitent à proximité d’arbres infestés ou qui auraient un arbre infesté sur leur terrain, là ce qu’on peut recommander c’est de ne pas laisser sécher son linge en extérieur, surtout lorsqu’il y a du vent, parce que les poils peuvent être transportés  par le vent, faire attention lorsqu’on tond sa pelouse et laver soigneusement les fruits et les légumes du jardin et puis surtout pour les enfants faire en sorte qu’ils ne jouent pas à proximité d’un arbre infesté et lorsqu’ils sont à distance en les protègent avec des vêtements, couvrir les bras, les jambes, leur faire porter des lunettes de soleil et puis éventuellement des casquettes pour essayer de leur protéger la tête.

6)   Y a-t-il plus de signalements ces derniers jours et semaines auprès de l’ARS ? Y a-t-il des secteurs de Moselle-Est plus touchés que d’autres ?

Le mois de juin, est un mois particulièrement propice. Pour l’exposition aux chenilles, de juin jusqu’à début juillet on peut avoir ces chenilles, ensuite les chenilles vont se transformer en papillon, et donc en été on aura une disparition des chenilles. Le risque ne disparaîtra pas totalement parce que les poils peuvent rester dans les nids plusieurs années, mais normalement début juillet ça devrait aller mieux.

 

Laurie Veyrier

| lundi 21 juin 2021 à 11:56 - Mise à jour à 12:30

Actualité

Les forêts de Sarreguemines rouvrent au public

03/08/2021

Actualité

Du soutien scolaire pour les écoliers de Forbach

03/08/2021

Actualité

Morhange : Une bourse pour attirer les futurs médecins

03/08/2021

Actualité

Oeting (Ep.2) : des savons bons pour le corps et la planète

03/08/2021

Voir la suite

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.