Actualité


Au moins 10 morts dans le déraillement d’un TGV près de Strasbourg

Au moins 10 morts dans le déraillement d’un TGV près de Strasbourg

Photo : DNA - Les Dernières Nouvelles d'Alsace

Hier, vers 15h, une rame d’essai de la LGV Est a déraillé à hauteur d’Eckwersheim, à 22 km de Strasbourg. Elle circulait sur une ligne non-commerciale. A son bord : une cinquante de personnes… Des techniciens, des agents SNCF… accompagnés, pour certains, de leurs familles. Cette rame d’essai effectuait des tests avant la mise en commercialisation de la LGV Est Européenne prévue en avril prochain.

Il y a 10 morts et une trentaine de blessés… dont 12 sont en urgence absolue. On déplore 5 personnes portées disparues. Des recherches sont toujours en cous pour les retrouver.

Un PC mobile de sécurité a été monté à proximité du lieu de l'accident, dans un champ. Avec de nombreux camions de pompier et un véhicule d'identification criminelle. 

D'importants moyens ont été mis en place. 100 gendarmes, 180 pompiers des départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de Moselle (Sarralbe, Sarrebourg, Phalsbourg) et 70 engins. Le SAMU a mobilisé 4 hélicos et 48 personnes, dont 36 personnels terrestres. Au total, ce sont donc près de 350 personnes qui sont intervenus sur les lieux de la catastrophe ferroviaire.

La piste accidentelle est privilégiée. C’est une vitesse excessive qui serait à l’origine de ce déraillement. Après avoir heurté la tête d’un pont, la rame a pris feu avant de basculer en contrebas. Deux wagons ont terminé leur course dans le canal de la Marne au Rhin qui bordait la voie ferrée. Le reste du convoi s'est disloqué sur une centaine de mètres. 

Guillaume Pépy, le président de la SNCF, s’est rendu hier soir sur les lieux de l’accident. Il a fait part de son émotion devant ce drame.

Selon Guillaume Pépy, dans ce genre de drame, il convient de ne pas tirer de conclusions hâtives et d'attendre les résultats des enquêtes.

Les enquêtes devront aussi déterminer pourquoi des enfants étaient à bord de ce train. Seuls les techniciens, les experts et les ingénieurs en charge de réaliser les essais sont habilités à monter à bord de ces rames non-commerciales. Guillaume Pépy, le président de la SNCF.

La ministre de l'écologie, Ségolène Royal, et Alain Vidalies, le secrétaire d’Etat chargé des transports, sont venus hier soir vers 19h afficher leur soutien aux sauveteurs.

Ce drame est le premier déraillement mortel de l’histoire du TGV.

Radio Mélodie

| dimanche 15 novembre 2015 à 10:19

Actualité

Une cavalcade avec que des enfants à Sarralbe

20/02/2020

Actualité

Incendie à Enchenberg : deux personnes relogées

20/02/2020

Actualité

Municipales 2020 à Sarreguemines : Nicole Beckerich

20/02/2020

Actualité

Deux fusillades éclatent près de Francfort : des morts et des blessés

20/02/2020

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.