Actualité


Affaire Christophe Arend : la plainte pour harcèlement classée sans suite

Affaire Christophe Arend : la plainte pour harcèlement classée sans suite

Après plusieurs semaines d'emballement médiatique et d'enquête de police, le procureur de la République de Sarreguemines Jean-Luc Jaeg a finalement décidé de classer la plainte de l'ancienne assistante parlementaire de Christophe Arend sans suite. 

Selon le procureur de la République une enquête approfondie a été menée pendant 5 semaines par la police et par une directrice qui s'est chargée de l'affaire à plein temps. Une trentaine de personnes ont été entendues et finalement, aucune preuve n'a été trouvée contre le député de Forbach, au contraire. 

Des SMS révélateurs

Les nombreux témoignages recueillis ont montré que l'ancienne assistante parlementaire de Christophe Arend avait une personnalité ambigüe. D'ailleurs, son propre témoignage comportait de nombreuses contradictions et des incohérences. Pendant les 5 semaines, les enquêteurs se sont surtout intéressés à des SMS échangés entre les deux protagonistes. Certains messages envoyés par la plaignante au député peuvent même être interprétés comme étant des avances. Des SMS contenaient d'ailleurs des connotations sexuelles. Par contre, selon le procureur, aucun message n'allait dans l'autre sens. 

1 seul témoin visuel

Dans cette affaire, un témoin visuel avait dénoncé les agissements de M. Arend. Mais là aussi, le témoignage serait sujet à questions. A l'époque des faits, il prétend avoir vu des choses mais il n'en a parlé à personne. Il tenait d'ailleurs des propos très négatifs sur la plaignante. Il aurait dit dans des messages que Christophe Arend et la plaignante avaient "une relation ambigüe" et "qu'elle le menait par tous les bouts". Ce témoin à charge était également en concurrence avec la plaignante pour avoir le poste d’assistant parlementaire à temps plein. Sauf que ce poste c'est elle qui l'a finalement obtenu. Pour les enquêteurs, quand le député de La République En Marche lui a annoncé cette nouvelle, il l'aurait menacé de salir sa réputation. 

Plainte pour dénonciation calomnieuse

Si cette enquête est à présent bouclée, Jean-Luc Jaeg va maintenant s'attaquer à un autre dossier : celui de la plainte de Christophe Arend contre son ancienne assistante parlementaire pour dénonciation calomnieuse. 

Margot Benabbas

| mercredi 29 novembre 2017 à 17:33

Actualité

Hambach : le site de la SMART est en vente

03/07/2020

Actualité

COVID-19 : Dépistage gratuit et sans rendez-vous à Forbach

03/07/2020

Actualité

Ingwiller : Après la crise du COVID, un accès simplifié aux formations d'aide-soignant

03/07/2020

Actualité

La médiathèque de Freyming-Merlebach organise une Murder Party en ligne

03/07/2020

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.