Une journée avec les démineurs de la sécurité civile - Radio Mélodie

Actualité

Une journée avec les démineurs de la sécurité civile


par Camille Bazin
lundi 30 août 2021 à 11:32

Chaque jour, dans notre région, des reliques des deux guerres mondiales sont découvertes. Parmi elles, des munitions. Dans ces cas-là, ce sont les démineurs de la sécurité civile qui interviennent. Nous avons passé une matinée à leur côté.

Son N°1 - Une journée avec les démineurs de la sécurité civile

Ce matin, Guy et Raoul débutent leur tournée par le Pays de Bitche direction Rimling sans information précise sur ce qui nous attend. Sur place, les ouvriers communaux guident les démineurs à l’obus trouvé par un agriculteur. Raoul inspecte l’objet.

Dans l’état actuel, il est toujours dangereux, il n’a pas explosé donc on récupère la munition et on la met dans un bac à sable.

L’opération aura duré moins de 5 minutes. Direction à présent le deuxième lieu de rendez-vous : le camping de l’étang de Hanau à Philippsbourg.

La gérante a été informée par des promeneurs de la présence d’un engin explosif dans la forêt qui borde le camping.

Un petit obus de 37 mm. Il a été tiré, c’est sûr, mais il n’a pas fonctionné, tout est encore en place. Il ne faudrait pas chercher ni à le démonter ni à le mettre au feu parce que là, c’est sûr que ça démarre.

Cette fois encore, Guy s’empare de l’obus.

Nous, on le prend celui-là parce qu’on sait comment il est fait, on sait qu’il est transportable, il y a des engins, on ne les transporte pas même nous. On sait qu’il y a des engins qui sont plus dangereux que d’autres. Les engins plus dangereux, on les fait sauter à proximité ou sur place parce que justement, on estime qu’au transport, ils risqueraient d’éclater.

Maintenant, les munitions vont être rangées par catégorie, par calibre et ça part en destruction sur un terrain militaire qui se trouve dans l’Aisne.

 

50 tonnes de munitions rammassées chaque année

Ils sont dix démineurs à intervenir sur les départements de la Moselle, de la Meurthe-et-Moselle et de la Meuse. Ils font en moyenne 1000 interventions par an dans ces trois départements ce qui représente 50 tonnes de munitions. Des mortiers, des obus, des grenades, et même des bombes. L’année dernière, durant le confinement, l’activité a légèrement changé.

Il y a eu peut-être un petit peu plus de demandes par des particuliers qui ont fait des travaux chez eux, mais on est assez constant ces dernières années. Au nombre de demandes, c’est quasiment équivalent dans les 3 départements, mais le tonnage se fait en Meuse parce qu’il y a eu le front de 14-18. Il y a vraiment eu une quantité énorme de munitions tirées qui n’ont pas fonctionné ou qui ont été enterrées après les conflits.

Dans le Bois-le-Prêtre à Montauville, les démineurs ont trouvé 54 bombes de tranchée de 24cm
Bombe américaine de 500 livres retrouvée à Ebersviller

Et dans ces cas-là, il n’est pas rare que les démineurs, venus pour un ou deux obus, repartent avec plusieurs tonnes.

Je me souviens, en Meuse, un agriculteur qui trouve un obus dans son champ et au final, il y avait 26 tonnes. Ils avaient été enterrés, on appelle ça un enterrement de circonstance. Après le conflit, ça restait sur place, il restait des trous d’obus, les gens les ont rangés consciencieusement les uns à côté des autres et puis ça a été oublié. 

J’ai une autre anecdote quand on parle de gros tonnages. En Meuse, un monsieur qui décide de faire une petite station d’épuration pour son exploitation agricole dans un pré. Au départ, quand il creuse, il trouve un obus et puis on y va en plein mois de février sous une pluie battante et on fait 13 tonnes.

Dans tous les cas, si chez vous ou ailleurs vous trouvez une munition, n’y touchez pas et prévenez la mairie qui fera venir les démineurs. 

 

Forêt de Verdun

 


Dans le reste de l'actu...

Goetzenbruck : une femme et un chat secourus dans un accident la route

il y a 11 h 32 min

Sarreguemines : comment un corps a-t-il pu rester pendant 8h au bord de l'eau ?

il y a 12 h 28 min

Cécifoot, biathlon et skate : une semaine pour découvrir les valeurs des JO au collège de Stiring-Wendel

il y a 16 h 7 min

Grève du 27 janvier : ''On trouve aujourd’hui de plus en plus de salariés qui doivent choisir entre rouler, se chauffer ou manger, c’est insupportable''

il y a 17 h 5 min

L’EHPAD du futur arrive à Sarreguemines

il y a 19 h 38 min

St-Jean-Kourtzerode : après l'incendie, la chocolaterie Plumerey se réinvente

il y a 20 h 27 min

Le corps de Mustafa Özdilek retrouvé dans la Sarre

il y a 1 jour 5 h 27 min

Voir toute l'actu

Flash InfoLe centre hospitalier de Saverne a reçu un beau chèque de la part du Rohan Athlétisme Club

il y a 9 h 14 min

Flash InfoLe périscolaire de Sarreguemines est fermé en raison de cas de Covid

il y a 9 h 59 min

Flash InfoAttention ça va glisser sur les routes en cette fin de journée

il y a 10 h 8 min

Flash InfoLa grève a été suivi par près de 8% des personnels de l’éducation nationale dans l’académie de Nancy Metz

il y a 10 h 29 min

Flash InfoUne sexagénaire et un chat ont été secouru après un accident de la route à Goetzenbruck

il y a 10 h 29 min

Flash InfoLe Canard Enchaîné dévoile un conflit entre Jean Rottner et Emmanuel Macron 

il y a 16 h 20 min

Flash InfoLe Conseil Régional des Jeunes recherche des candidats

il y a 16 h 20 min

Voir toute l'actu

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.