Economie

A la centrale Emile Huchet de Carling/Saint-Avold, tous les voyants sont au vert


par Cédric Kempf
vendredi 10 décembre 2021 à 18:30

A la centrale Emile Huchet de Carling/Saint-Avold, tous les voyants sont au vert

La Ministre chargée de l’Industrie, Agnès Pannier-Runacher, est venue poser la première d’une chaufferie biomasse et découvrir la société Circa qui va s’y implanter.

Son N°1 - A la centrale Emile Huchet de Carling/Saint-Avold, tous les voyants sont au vert

Fini la centrale à charbon, l’énergie verte arrive avec, en premier lieu, une chaufferie biomasse.

Je viens annoncer le soutien au financhement d'une chaufferie biomasse qui va permettre de produire, sans émettre de gaz à effet de serre, de la chaleur, de la chaleur qui sera mis à disposition de l'ensemble des sites industriels de cette plateforme.

20 salariés s’occuperont de transformer des épineux de la région. Un projet important soutenu à plus de 10 millions d’euros par l’Etat.

Cette chaufferie permettra aussi d’alimenter les futurs projets industriels comme celui de Circa, qui va produire du cyrène.

C'est un solvant qui va venir se substituer justement à des solvants d'origine pétrochimique, d'origine fossile, et les secteurs d'application vont être l'industrie pharmaceutique, le cosmétique, l'industrie des batteries pour les voitures électriques,...

Et là aussi, selon David-Alexandre Leduc, le directeur de projet chez Circa, c’est un gros investissement sur les terres naboriennes.

C'est un projet d'une cinquantaine de millions d'euros qui va générer la création d'une cinquantaine d'emplois.

Des emplois à venir. Mais quid de ceux qui travaillent pour la centrale à charbon ? La réponse de Jean-Pierre Damm, délégué FO de la centrale.

Sur ces 84 salariés, 49 vont partir en retraite, 12 salariés ont trouvé un point de chute à l'extérieur, et il reste aujourd'hui 25 salariés auxquels il faut proposer un emploi ferme.

GazelEnergie s’engage à donner en priorité un emploi à ses salariés. Reste encore à trouver une solution à une cinquantaine de salariés des sous-traitants présents sur site.

Pourquoi pas avec les projets d’hydrogène comme nous l’explique Jean-Michel Mazalerat, président de Gazel Energie.

Un petit projet d'hydrogène qui a pour but d'alimenter la mobilité, la station-service pour les bus de la CASAS, et puis un projet d'hydrogène beaucoup plus gros puisqu'on parle d'un projet jusqu'à 400 Mégawatt d'hydrogène qui permettrait de vendre de l'hydrogène vert sur les aciéries allemandes.

Le premier projet post-centrale à charbon, celui de la chaufferie, devrait être fonctionnel d’ici 2 ans et demi.