Economie

Coup d'envoi des soldes : à Saint-Avold, les commerçants attendent les clients en nombre


par Nadia
mercredi 22 juin 2022 à 11:00

Aujourd’hui c’est le top départ des soldes d’été ! Des promotions qui démarrent dans tous les départements en même temps et qui vont durer 4 semaines.

Catherine Schuban – présidente de l’ACASA, l’association des commerçants et artisans de Saint-Avold

Catherine Schuban vous êtes la gérante de « Mode de vie » à Saint-Avold, est-ce que les soldes sont toujours une bonne opération pour les commerçants ?

Oui, c’est tout à fait une bonne opération, ça nous permet de déstocker la marchandise restante et aussi de renflouer les caisses, de refaire une trésorerie pour accueillir déjà la collection d’automne qui va commencer à arriver tout doucement.

Ces dernières années les commerçants ont souvent dit que les soldes ne servaient plus autant qu’avant, qu’il n’y avait pas autant de clients qui se déplaçaient, vous le remarquez chez vous ? Vous constatez une baisse de fréquentation ?

Y’a quand même encore des gens qui viennent aux soldes, mais c’est vrai que ça s’étale un peu parce qu’on fait des promotions toute l’année. On fait les ventes privées aussi, qui ont un bel impact, une semaine à 15 jours avant les soldes. Du coup, c’est un petit peu réparti. Mais je pense que les gens aiment quand même acheter en promotion, ça, ça n’a pas changé.  

Oui surtout en ce moment avec tout qui augmente, c’est vrai qu’on va peut-être plus profiter des soldes cette année. Est-ce que chez vous tout est prêt ce matin pour accueillir les clients ?

Oui tout est prêt ! On a tout étiqueté, tout est rangé par taille. On change complètement le « merch » (ndlr : l’agencement) du magasin, on ne met plus les vêtements par marque comme on fait habituellement, là on met tout par taille c’est plus simple pour le consommateur de s’y retrouver.  

Aujourd’hui il risque d’y avoir du monde dans le centre-ville de Saint-Avold. Mais est-ce que c’est toujours le cas ? Est-ce que le centre-ville est dynamique aujourd’hui ?

On essaie de redynamiser tout doucement le centre-ville. Les gens ont envie de sortir, de se promener, je crois que la crise sanitaire est dans le fond de notre tête, on n’y pense plus trop.

Il y a moins cette peur de côtoyer d’autres gens et je pense que c’est un bon point.

Que faudrait-il faire pour attirer plus de monde ?

On s’est rendu compte qu’à chaque fois qu’on faisait une animation le samedi en ville y’avait du monde. En fait les gens aiment beaucoup les animations, c’est un petit peu comme dans un centre commercial, il faut l’animer il faut s’en occuper.

D’ailleurs c’est pour cela que le samedi 2 juillet à Saint Avold, nous avons la fête de l’été avec le Happy Music Tour. On a beaucoup d’invités, comme par exemple Marina D’Amico, Matteo Licata, Nawel’K, les Sun Set, Izarry, Jérôme Anthony… Y’a vraiment de belles personnes qui viennent chanter. Il y aura également la Pat’Patrouille qui se promènera en ville.

Vous êtes devenue présidente de l’ACASA il y a 1 an, est-ce que depuis vous avez déjà pu mettre en place des choses ? Est-ce que ces animations, vous faites en sorte à l’ACASA que ça revienne régulièrement ?

Oui c’est vraiment ce qu’on essaie de faire, c’est vraiment les animations avant tout. Ce que j’ai mis en place, c’est par exemple « l’after hour » des commerçants pour qu’on puisse se retrouver et discuter ensemble des projets, que tout le monde puisse donner son avis.

Il y a également les petits déjeuners des commerçants le premier mardi de chaque mois. C’est vraiment entre commerçants, pour que tout le monde participe et donne des idées pour les animations.

Et si justement vous voyez les commerçants régulièrement, qu’est-ce qu’ils vous disent sur la santé de leur commerce ? est ce qu’on arrive à faire du chiffre en ce moment quand on est dans le centre-ville de Saint Avold ?

C’est vrai que ce n’est pas facile de faire du chiffre. On a eu un beau retour à la réouverture des portes l’année dernière après le confinement, là les gens sont vraiment revenus vers nous et nous soutiennent. Il y a le côté humain qui est ressorti. Là maintenant, on a la chance d’avoir une petite supérette qui a ouvert dans la rue principale, dans l’artère de la ville et ça ça attire à nouveau beaucoup de monde.  

Donc je trouve qu’il y a un petit peu plus de monde de nouveau, des gens qui se promènent avec des caddies… Il y a de la vie qui revient !