Actualité


Le virus du Nil complique la tâche du Don du sang

Le virus du Nil complique la tâche du Don du sang

Ce virus nous vient des zones tropicales. C’est le moustique qui nous le refile. La plupart du temps, il n’est pas dangereux, mais dans 20% des cas, il peut causer des fièvres et des fatigues.

Il y a eu des cas sur le littoral méditerranéen entre Marseille et Nice, du coup, l’établissement du don du sang veut donc prévenir : tous ceux qui ont séjourné là-bas ne peuvent plus donner leur sang pendant 1 mois. Les explications du Dr Chrystelle Claudelle, responsable des prélèvements en Moselle.

Aucun risque que le virus du Nil ne se retrouve dans des transfusions malgré tout, puisque le sang est à chaque fois contrôlé. Pour l’instant, il reste 14 jours de réserve de sang, ce qui est plutôt confortable. Mais il faut évidemment continuer à donner.

Il faut savoir qu’on a besoin, dans le Grand Est, de 1.500 dons par jour.

Florent de Brito

| mercredi 24 octobre 2018 à 05:00

Actualité

Metz : une mobilisation de L214 pour prévenir le risque de futures pandémies

16/01/2021

Actualité

Alsace : routes et stations de ski fermées

15/01/2021

Actualité

Sarrelouis : Une enquête rouverte 30 ans après l'incendie criminel d'un foyer pour demandeur d'asile

15/01/2021

Actualité

Massif des Vosges : Les stations saturées malgré la fermeture des remontées mécaniques

15/01/2021

Voir la suite

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.