Actualité


Jean Rottner, 2 ans à la tête du Grand Est : ''je découvre cette belle région tous les jours''

Jean Rottner, 2 ans à la tête du Grand Est : ''je découvre cette belle région tous les jours''

Crédit photo : Shutterstock

Le 20 octobre 2017, Jean Rottner (LR) est élu Président du Conseil régional du Grand Est. Une élection qui faisait suite à la démission de Philippe Richert. Après deux ans à la tête de la grande région, il est temps de faire un point d’étape avec celui qui était maire de Mulhouse avant son élection.

Jean Rottner n’est pas arrivé à ce poste par hasard. Il était vice-président de Philippe Richert. Depuis, il poursuit le travail de son prédécesseur.

« La bataille pour l’emploi, c’est la mère des batailles »

Parmi ses priorités : l’économie, l’innovation et l’emploi. Et depuis deux ans, la courbe du chômage baisse.

Autre priorité pour le Président Rottner : la mobilité et les transports. Exemple avec le dossier de l’A31 entre Nancy et le Luxembourg qui pose des problèmes au quotidien en raison notamment du flux important de véhicules. L’objectif : désengorger l’autoroute en investissant dans le ferroviaire.

D’autres investissements ferroviaires importants ont été effectués par le Grand Est. Dont un très récent : l’investissement de 375 millions d’euros pour une commande d’une trentaine de trains transfrontaliers chez Alstom à Reichshoffen.

Sauver « dame nature »

Au sein du conseil régional, les projets ne manquent pas. Jean Rottner veut déjà bien renforcer tous ceux déjà en cours. Mais il veut aussi amplifier les actions en matière de préservation de la planète, car il y a encore des efforts à faire.

Le Grand Est : un large territoire à découvrir

Depuis ses deux ans à la tête de la région, Jean Rottner sillonne le territoire pour le découvrir. Si l’élu est un Alsacien de naissance et donc, par définition, très chauvin, il ne délaisse pas pour autant le reste du Grand Est et apporte d’ailleurs une importance à le mettre en avant. Exemple avec la Haute-Marne.

Le Grand Est coûte-t-il trop cher ?

Quand les régions ont fusionné, il était question de faire des économies. Mais selon un rapport de la Cour des comptes, ce n’est pas le cas, particulièrement pour le Grand Est. Cela aurait même généré des coûts supplémentaires. Un surcoût de 16 millions d’euros de 2017 à 2018.

Il faut dire que la région, s’est vu confier 12 compétences supplémentaires. Et il faut aussi noter que pour éviter toute crise sociale, la nouvelle collectivité avait décidé d’aligner l’ensemble des salaires sur la grille lorraine qui était la plus haute. Mais pour Jean Rottner, il faut regarder bien plus loin. Le Grand Est a fait beaucoup d’investissements pour les citoyens.

« Médecin un jour, médecin toujours »

Jean Rottner n’est pas « qu’un » Président de région. C’est aussi un médecin de carrière. Depuis le mois d’octobre, il a réintégré à temps partiel le service d’accueil des urgences de l’hôpital de Mulhouse.

L’annonce a été faite fin septembre, au moment où le service mulhousien était confronté à une grave crise après le départ de nombreux médecins urgentistes.

 

Julie Chaput

| mardi 5 novembre 2019 à 05:33 - Mise à jour à 05:59

Actualité

Un plan d'urgence de près de 43 millions d'euros pour soutenir l'activité en Moselle

07/07/2020

Actualité

Ineos pourrait bien reprendre le site de SMART à Hambach

07/07/2020

Actualité

''Notre région est la meilleure'' : Grâce à nos beaux villages

07/07/2020

Actualité

Avricourt : 600 habitants et deux médecins de village

07/07/2020

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.