Actualité


A Grosbliederstroff, Michel veut vaincre le coronavirus !

A Grosbliederstroff, Michel veut vaincre le coronavirus !

Cela n’arrive pas qu’aux autres. Le Covid-19 peut toucher n’importe qui. Michel l’a bien compris le 26 mars dernier lorsqu’il a dû appeler le 15. La description des symptômes a nécessité l’intervention des pompiers de Sarreguemines qui l’ont conduit à l’hôpital Robert-Pax.

Son N°1 - A Grosbliederstroff, Michel veut vaincre le coronavirus !

Physiquement, j'étais très fièvreux. J'ai fait des pics à 40 degrès. Mes yeux piquaient, j'étais fatigué, épuisé, je luttais. J'avais des compressions thoraciques, j'avais une insuffisance respiratoire. Je ne me suis jamais aussi senti autant abattu physiquement.

Cette hospitalisation a été marquante pour Michel. Les médecins et infirmières sont sous tension et les malades affluent.

Son N°2 - A Grosbliederstroff, Michel veut vaincre le coronavirus !

J'ai vu pleins de gens autour de moi, toutes ces arrivées, ces ambulanciers... Ca me marquera à vie comme ces sacs mortuaires... J'ai reçu un choc et je me suis dis que je voulais m'en sortir.

Pour lutter face à ce virus, Michel était évidemment en isolement. Une véritable épreuve.

Son N°3 - A Grosbliederstroff, Michel veut vaincre le coronavirus !

J'étais en isolement complet, j'avais que les infirmières et tout le personnel de la cellule Covid-19 à mes côtés. J'étais branché tout de suite en insuffisance respiratoire, j'avais des prises de sang. Et en état de cette crise là, je me suis dis que le personnel était formidable même si ça faisait peur avec leur combinaison comme des petits cosmonautes

Après 5 jours d’hospitalisation, Michel a demandé à rentrer chez lui même s’il n’est pas guéri. Au vu de la situation, il s’estime chanceux et veut laisser son lit à quelqu’un qui en a plus besoin. Michel est donc confiné chez lui, à Grosbliederstroff, pour 30 jours.

Son N°4 - A Grosbliederstroff, Michel veut vaincre le coronavirus !

Je suis actuellement confiné à la maison avec une surveillance médicalisée. Donc on m'appelle le matin et en fin d'après-midi pour savoir si tout va bien, si je ne fais pas de pic fièvreux, si je n'ai pas d'insuffisance respiratoire.

Michel espère que son témoignage marquera les esprits et que chacun respectera jusqu’au bout ce confinement.

Cédric Kempf

| mercredi 1 avril 2020 à 16:38 - Mise à jour à 16:39

Actualité

Neuwiller-lès-Saverne (ep.3) : rencontre avec Thomas Vetter, tailleur de pierre

28/07/2021

Actualité

Bon plan : des activités par milliers au lac de Madine

28/07/2021

Actualité

Les gymnastes de toute la France viennent en camp d'été à Forbach pour progresser

28/07/2021

Actualité

Variant Delta, hausse des contaminations, hospitalisations, quelle est la situation sanitaire en Moselle ?

27/07/2021

Voir la suite

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.