Actualité


Une application mobile pour signaler ses piqûres de tiques

Une application mobile pour signaler ses piqûres de tiques

Photo : Shutterstock

Pour signaler vos piqûres de tiques et celles de vos animaux, il existe une application. Cette application a été créée par le programme CiTIQUE de l’INRAE, l’Institut National de Recherche pour l’Agriculture, l’Alimentation et l’Environnement. Son objectif est d’emmagasiner un maximum de connaissances sur les tiques et les agents pathogènes qu’elles transmettent pour aider la population à s’en prémunir.

Jonas Durand, ingénieur d’études en charge du projet CiTIQUE à Nancy, nous présente l’application.

C'est une application sur smartphone - elle est aussi disponible sur internet et il y a aussi possibilité de signaler via un formulaire papier - qui permet de signaler vos piqûres de tiques ou celles de vos animaux de compagnie, parce que ça nous intéresse aussi beaucoup. Grâce à ça, on peut avoir des données sur qui se fait piquer, où, quand, dans quel type de milieu... ça nous permet de récolter des informations sur l'écologie des tiques et d'améliorer la prévention pour faire en sorte que moins de gens se fassent piquer. 

Si vous vous faites piquer par une tique ou que votre animal se fait piquer, voilà les informations qui vous seront demandées.

Notre sexe, notre âge mais aussi où, si c'était en forêt, si c'était dans le jardin, la localisation précise pas GPS si possible, combien de tiques nous ont piqués, à quel endroit du corps. Mais aussi, si c'est possible, une photo de la tique qui soit nette. Et enfin, après le signalement ce qui est toujours demandé c'est : est-ce que vous êtes d'accord de nous envoyer la tique directement au centre INRA de Nancy où elle sera analysée par la suite dans les laboratoires. 

L’application s’appelle « Signalement tique ». Elle est disponible sur iOS et Android et sur le site internet citique.fr. Une nouvelle version vient de sortir il y a quelques jours, financée par la fondation Groupama.

Les tiques : un danger même dans votre jardin 

La région Grand Est est chaque année envahie par une petite bête qui peut être très dangereuse : la tique. Une petite bête dont il vaut mieux se méfier.

On considère qu'elles peuvent transmettre potentiellement jusqu'à 40 espèces d'agents pathogènes différents. Donc ça peut être des bactéries comme Borrelia qui va causer la maladie de Lyme. Mais ça peut être aussi, ce qu'on appelle des parasites comme Babesia qui cause la piroplasmose chez le chien et peut transmettre des virus à l'Homme. 

Au sein de l’INRAE, le programme CiTIQUE emmagasine tout au long de l’année des informations sur les tiques pour aider la population à s’en prémunir. L’une des choses importantes à savoir est que les tiques ne sont pas présentes qu’en forêt.

Les tiques sont là, il faut vivre avec, y compris dans un environnement familier comme le jardin parce que près d'un tiers des personnes se font piquer dans leur jardin. D'ailleurs, on a vu pendant le confinement, qu'il y a eu beaucoup plus de gens qui se sont fait piquer dans leur jardin que d'habitude, puisque les gens étaient confinés chez eux. Donc ça montre bien qu'il faut faire aussi attention quand on est dans un environnement familier. 

Comment bien enlever une tique.

Lorsqu'un enlève une tique il faut utiliser absolument un moyen mécanique et pas de moyen chimique : pas d'huiles essentielles, d'alcool...  Parce que là, le risque c'est que la tique va peut-être pouvoir s'enlever toute seule mais lorsque la tique se retire elle régurgite toujours une part de ses intestins donc on peut augmenter le risque qu'elle nous transmette des agents pathogènes puisqu'ils se trouvent dans ses intestins. On préconise donc un moyen mécanique. Le mieux c'est les tire-tique. Vous mettez le tire-tique le plus près de la peau entre la tique et la peau, vous tournez peu importe le sens. Et vous désinfectez bien la plaie.  

Margot Benabbas

| vendredi 22 mai 2020 à 07:16 - Mise à jour à 12:26

Actualité

Chômage partiel, le casse-tête des travailleurs frontaliers

26/05/2020

Actualité

La télémédecine de plus en plus présente dans les hôpitaux et prisons de la région

26/05/2020

Actualité

Les auto-écoles de Moselle ont repris dans le flou et sans protocole sanitaire

26/05/2020

Actualité

Sarre : Deux points de vente de tabac braqués la même nuit

25/05/2020

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.