Actualité


GGB France envisage de fermer le site de Dieuze : 88 postes sont concernés

GGB France envisage de fermer le site de Dieuze : 88 postes sont concernés

Photo : Google street view

Le site de GGB France à Dieuze où travaillent plus de 80 personnes pourrait bien fermer ses portes. C'est l'annonce qui a été faite ce mercredi 17 juin lors d'un CSE au siège d'Annecy avec les instances représentatives du personnel. En difficulté financière depuis une dizaine d'années, le groupe a proposé un projet de réorganisation de ses activités dans lequel la suppression du site de Dieuze, où sont produites des pièces de voitures, est envisagée. Les négociations entre la direction et les représentants du personnel ont débuté et devraient durer au moins 2 mois. 

Des difficultés accentuées par le COVID-19

Dans un communiqué, le groupe GGB explique que "l’environnement de marché de GGB au niveau mondial s’est contracté ces dix dernières années, avec un marché industriel très cyclique et un marché automobile tendu. Ces difficultés ont été accentuées par la crise du COVID-19." D'après l'entreprise, les produits de GGB sont en concurrence directe avec des produits fabriqués à l'étranger à moindre coût. 

A Dieuze, l'activité est dédiée "à la production de paliers en 8 pour l’hydraulique de puissance, aujourd’hui rendus obsolètes par les évolutions technologiques", d'après le communiqué. Depuis 2016, la direction affirme avoir fait des efforts pour que l'entreprise rester compétitive, mais cela n'aurait pas été suffisant. Le groupe envisage donc de fermer l'usine de Dieuze, ce qui pourrait impacter 88 postes, et de concentrer l'activité sur le site d'Annecy. 

Des mesures pour les 88 salariés 

La direction de GGB France a annoncé qu'elle allait tout mettre en œuvre pour maintenir l’emploi sur le site au travers de la recherche active d’un repreneur avec le soutien d’un cabinet spécialisé. "Dans le cas où cette recherche de repreneur échouerait, la direction proposerait aux instances représentatives du personnel un plan de sauvegarde de l’emploi volontariste, tant dans la recherche de reclassements au sein du groupe que dans l’accompagnement des recherches externes avec un budget formation adapté, un soutien psychologique et une antenne emploi", précise enfin le communiqué.

Margot Benabbas

| mercredi 17 juin 2020 à 18:08 - Mise à jour à 18:32

Actualité

Canicule : Le CCAS de Saint-Avold met en place un numéro vert

09/08/2020

Actualité

Les sorties du dimanche

09/08/2020

Actualité

Le corps d'un homme découvert à Ebring

08/08/2020

Actualité

Bas-Rhin : le masque obligatoire à l'extérieur

08/08/2020

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.