Economie

Voellerdingen : une année noire pour ''Les Vergers d'Arlette'' et ses fruits bio


par Margot Benabbas
jeudi 23 décembre 2021 à 08:06

A Voellerdingen en Alsace Bossue, Gérard Carrier transforme les fruits de ses vergers depuis plus de 20 ans. On s’était rendu dans l’atelier et les vergers l’été dernier.

Son N°1 - Voellerdingen : une année noire pour ''Les Vergers d'Arlette'' et ses fruits bio

Tout a commencé dans les années 90. Gérard et sa femme qui vivaient à Tahiti sont revenus en Alsace où ils ont souhaité acquérir un verger. Face à la quantité incroyable de fruit sur leurs arbres, une idée leur vient rapidement : celle de créer leur entreprise. Plus de 20 ans plus tard, Gérard a divisé sa production en 3 parties avec notamment des jus…

Il y a aussi depuis quelques années des bières…

Hier j'ai fait un brassin de bière à la pomme ! 

Et des eaux de vie pour lesquelles il a déjà remporté de prestigieuses médailles.

En ce moment je distille l'eau de vie de coing. 

Il fait également des sirops, des vinaigres et des liqueurs.

 

De bons fruits plus bios que bio ! 

Tous ces produits sont fabriqués à partir des fruits qui poussent dans ses 14 hectares de verger situés à Voellerdingen, Butten ou encore Domfessel.

On y retrouve des pommiers mais aussi des mirabelliers…

Là c'est le verger où il y a les mirabelles. 

Pour les mirabelles, Gérard laisse faire le soleil et n’ajoute aucun produit chimique.

Il y a zéro traitement 

Chez lui, les arbres ne sont pas droits, les pommes sont des variétés anciennes et les fruits sont plus bios que bio.

Depuis 1995 quand j'ai commencé de toute façon c'est en bio. Je suis en bio et en biodynamie donc on travaille encore différemment. Avec les positions de la lune, des astres. Avec des préparations biodynamiques. Il y a le bio normal que tout le monde connaît avec le AB et puis il y a des cahiers des charges plus strictes. On trouve le bio normal un peu trop laxiste. 

Ici le travail est fait par la nature et les insectes. Gérard n’a plus qu’à récolter tout ça à la main avec parfois l’aide de sa famille.

 

Pour ce qui est de l’avenir, il est incertain. La société souffre des aléas climatiques et de la crise sanitaire. En tout cas, l’un de ses enfants envisage de reprendre l’activité…

Les produits de Gérard sont à retrouver sur son site internet ou directement dans sa boutique sur RDV.

Une année noire

L’année 2021 a été très compliquée pour Les Vergers d’Arlette puisque la plupart des foires et marchés ont été annulés, notamment le marché de Noël que Gérard devait faire cet hiver. Une cagnotte a été lancée en ligne pour qu’il puisse changer son alambic. Elle se fermera demain et pour l’instant 3400€ ont été collectés.