Actualité


4 féminicides en Moselle depuis le début de l'année : trop c'est trop

4 féminicides en Moselle depuis le début de l'année : trop c'est trop

101 femmes sont mortes en France depuis le début de l’année tuées par leur conjoint ou ex-conjoint. Rien qu’en Moselle ce sont 4 féminicides qui ont eu lieu. Face à cette situation, une convention a été signée hier par l’ensemble des acteurs du département qui travaillent sur les problématiques des violences faites aux femmes. Pendant 3 mois, les différents signataires vont tenter de trouver des solutions au problème des violences conjugales. 

Pour le préfet, Didier Martin, 4 c’est déjà beaucoup trop surtout qu’en 2018 il y en avait eu 2 sur toute l’année.

Au niveau national, 1000 places d’hébergement supplémentaires vont être ouvertes. En Moselle, il y a suffisamment de places, mais elles ne sont pas forcément bien réparties.

Il faut savoir que pour la Moselle-Est il existe un centre d’hébergement à Forbach.

Des associations très actives en Moselle

Malgré ce chiffre alarmant de 4 décès, Martine Artz, directrice départementale de la cohésion sociale de Moselle, estime que de très bonnes choses sont déjà faites en Moselle. C’est l’un des rares départements où des équipes mobiles du 115 viennent chercher les victimes pour les ramener en lieu sûr.

Autre chose positive, de nombreuses associations sont présentes sur le territoire pour aider les victimes. Grâce à elles, il y a suffisamment de places d’hébergement.

Malgré ces points positifs, il reste encore du progrès à faire. Selon Martine Artz, il faudrait sensibiliser les enfants aux violences conjugales dès l’école et inciter plus les femmes à parler. 

On peut encore faire mieux 

Le nombre de morts violentes a donc déjà augmenté cette année par rapport à l'année dernière. Selon Marie-Laure Vautrin, déléguée départementale aux droits des femmes et à l’égalité, il y a également un autre chiffre qui augmente : celui des femmes qui portent plainte.

Si les femmes osent effectivement plus en parler, c’est une très bonne nouvelle ! Grâce aux nombreuses associations présentes dans le département, la prise en charge des victimes s’améliore. La prochaine étape très importante c'est la formation des professionnels qui sont confrontés aux victimes (Gendarmes, policiers, personnel soignant...). 

Il y a donc encore beaucoup de travail, notamment dans l’accompagnement des victimes. Au niveau national, Edouard Philippe a annoncé qu'il fallait faciliter le dépot de plainte pour les victimes et pourquoi pas leur permettre de déposer plainte directement à l'hôpital. 

En tout cas retenez bien le numéro de la plateforme d’aide aux femmes victimes de violence : le 3919 ou alors le 115 !

Margot Benabbas

| mardi 3 septembre 2019 à 20:15 - Mise à jour à 20:29

Actualité

Trois militaires blessés dans un accident de la route

17/10/2019

Actualité

Forbach : une vie de forain

17/10/2019

Actualité

Série de cambriolages au Pays de Bitche : auteurs interpellés

17/10/2019

Actualité

Bitche : Gérard Humbert ne se présentera pas aux prochaines élections municipales

16/10/2019

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.