Société

Sarreguemines : quel avenir pour le site des Faïenceries ?


par Camille Bazin
vendredi 11 février 2022 à 09:58

Le site des Faïenceries, c’est 30 hectares de friches industrielles au milieu de Sarreguemines. La ville a pour but de transformer cet endroit pour le réintégrer totalement dans la ville. Pour ça, une zone d’aménagement concerté (ZAC) est en cours de création. Un projet auquel est associée une partie de la population réunie dans un comité consultatif.

Son N°1 - Sarreguemines : quel avenir pour le site des Faïenceries ?

Une visite du site pour dresser un état des lieux 

Les faïences d’autrefois ont laissé place aux gravats. Guidés par Christian Dietsch, adjoint au maire référent en charge de l'urbanisme et des travaux, les 25 membres du comité consultatif déambulent entre les bâtiments.

Vous avez ce bâtiment dans lequel étaient stockés les moules. Derrière, vous avez le fameux bâtiment de direction et donc comme vous le savez, il y a un projet de nouveau musée, il se situerait dans cette zone-là.

 

L’objectif de ce comité est de recueillir l’avis des habitants, comme Thomas, sur le devenir du site.

Je n’ai pas d’idées préconçues, mais j’ai simplement peur qu’on fragilise encore plus le centre-ville si on délocalise des activités qui fonctionnent dans le centre-ville.

Jean-Paul, aidé de sa canne, ne rate pas une miette des explications. Ce site, il l’a bien connu.

Dans ma vie active, j’ai passé cette porte presque tous les jours en tant que fournisseur. Le site, je le connais, les gens qui y étaient, je les connais, en leur souvenir et en leur amitié, je suis venu ici aujourd’hui. Il y a plein de choses à faire ici. Il y a un musée à faire, il y a un théâtre à faire, de l’habitation… Il y a plein de choses !

Danielle est émue en voyant le site qui tombe en ruine. Toute sa famille a travaillé ici.

Je n’ose même pas dire à mon papa qui a 88 ans que j’ai retrouvé son outil de travail dans un état comme ça. Ça fait mal au cœur et nous, ça nous tient à cœur qu’on ne fasse pas n’importe quoi avec ce lieu parce que ce sont des souvenirs, c’est toute notre vie. Ici, j’aimerais voir la vie ! La vie, du monde, des gens heureux comme nous dans le temps quand on allait se baigner pas loin à Steinbach. On mangeait une glace, un paquet de chips, un casse-croûte, un pique-nique dans l’herbe, tout simplement.

  

Un travail en concertation entre habitants et mandataires

Toutes ces idées, vont servir à la SEBL Grand-Est, société d’aménagement mandatée par la Ville, d’avancer dans la construction de la ZAC. Fanny Allaneau est la chef de projet, elle est venue présenter au comité un premier jet de ce que pourrait devenir cet espace.

La ville a déjà une idée de ce qu’elle veut faire, elle sait qu’il faut raccrocher ça au centre-ville, il ne faut pas voler les fonctions du centre-ville. Il faut remettre en valeur la Sarre, le bois qui est un espace relativement important au sein du site. Et tout ça, en l’articulant avec les besoins d’aujourd’hui en logement, en activité éventuellement. Il y a de la place pour la créativité, mais il y aussi des choses qui sont relativement contraintes et on sait globalement où on va.

La création de la ZAC n’est que le début de ce grand projet de réhabilitation qui prendra plus de 10 ans.